Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘« PP » politique puteaux’ Category

Le Parisien n’est pas le Monde. Quand le Monde analyse le « coût d’acquisition » comme toute mesure de performance, le Parisien ne divulgue que des informations partielles. Son récent rachat n’y est sans doute pas sans influence.

Tout d’abord, il omet volontairement de préciser que l’annulation a été obtenue, suite à la présence irrégulière d’une liste FN, à ma requête. Le scrutin de 2014 était tout simplement irrégulier.

Le candidat du Front National, dont l’élection irrégulière a provoqué ce nouveau scrutin, à ma demande, a quant à lui consacré un coût d’acquisition de 4, 6 Euros par électeur. Le FN a donc dépensé bien plus que le Maire en place, et néanmoins perdu son siège, ce que le Parisien se garde bien de préciser.
Quant à ma liste, elle a présenté un coût d’acquisition de 2 Euros par électeur acquis et 0, 03 centimes par inscrit, soit le plus performant, et un budget global de 1 075 Euros.

Une approche qui ne prendrait en considération que les pourcentages de répartition des votes aboutit à une illusion d’optique.
Ainsi un candidat peut voir son score augmenter de 5% d’un scrutin à un autre, tout en perdant dans les faits des milliers de voix, c’est pourquoi une analyse par nombre de voix est plus significative pour mesurer la croissance ou décroissance d’un score entre deux scrutins.
Madame le Maire ne s’y est pas trompée dans son artifice destiné à présenter comme une progression, la perte de près de 2000 voix en l’espace d’un an.
En 2014, Madame le Maire remportait 10 729 voix. En 2015, le total des voix est de 8 870, soit 1 859 voix perdues en 12 mois. Cette perte n’est pas corrélée au budget de communication. Sans surprise, Madame le Maire est celle qui a le budget global le plus élevé, et l’on sait que certaines manifestations n’ont pas été incluses dans lesdits comptes.
Elue pour la première fois à l’âge de 55 ans sans mener de liste, Madame le Maire aujourd’hui âgée de 65 ans, dépense toujours plus, pour récolter moins.
Concernant les listes d’opposition, attachons-nous aux faits :
Christophe Grébert, pourtant candidat pour la 4e fois consécutive dans cette ville, est l’opposant qui enregistre la plus mauvaise performance en termes de coût d’acquisition. Celui-ci se mesure en rapportant le montant investi au nombre de voix effectivement acquis.
Avec un budget de 26 463 Euros, ce dernier a un coût d’acquisition de 7, 77 Euros par électeur. On ne lui fera pas l’offense d’écrire qu’il pratique le clientélisme, en dépensant tant par électeur, on constatera simplement ce ratio factuel. Sur la base de ce coût acquisition unitaire de 7, 77 Euros et avec 1 075 Euros, il aurait totalisé 139 voix.

A rebours, avec 26 463 Euros, et un taux d’acquisition de 2 Euros, la liste Putéoliens aurait dépassé les 10 000 suffrages et aurait donc remporté la Mairie au Premier tour!

Monsieur Hautbourg, présente quant à lui un coût d’acquisition de 7, 43 euros par électeur, avec un total de 1 082 voix. Il n’avait jamais mené de liste précédemment. Il avait le soutien du Député de la circonscription, présent sur ses affiches.

Cette analyse de la performance suffit également à balayer les communiqués AFP de quelques contempteurs qui, au lieu de souligner l’élimination du candidat FN irrégulièrement élu en 2014, ont préféré manipuler partiellement des données.

Seules 3000 voix séparent les totaux de l’opposition et le score de Madame le Maire, avec 16 008 inscrits qui se sont abstenus. En 12 mois, Madame le Maire perd près de 2000 voix, en 4 ans, cette érosion ne peut que se confirmer.
L’analyse de la performance en fonction du coût d’acquisition a été faite par le décodeur du Monde pour la primaire des candidats républicains dans l’IOWA.

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/02/02/primaires-americaines-l-argent-fait-il-le-succes-des-candidats-republicains_4858066_4355770.html

Et sur Puteaux, qu’en conclure?

Nous pourrons aisément déployer plus de moyens en temps voulu, au vu de la performance de notre coût d’acquisition.

Madame Ceccaldi-Franchi,  âgée de 70 ans au prochain scrutin,  pourra plus difficilement remonter le temps et appartenir à la nouvelle génération et moins encore incarner la compétence attendue avec une évolution des usages qui la dépasse déjà.

Par honneur, nous avons refusé un scrutin irrégulier, nous avons refusé les tentatives d’approche  des chambellans LR après les conclusions du Rapporteur Public et avant la confirmation du jugement en notre faveur, nous avons persévéré malgré les pressions odieuses.

Le triomphe sans gloire de Madame le Maire consiste à avoir dépensé 32 fois le budget d’une liste majoritairement composée de jeunes âgés de 18 à 25 ans qu’elle a calomniée tant et plus, pour au final appliquer l’une de ses propositions phare.

La liste Putéoliens a dépensé 1 075 Euros, et la liste de la majorité 32 560 Euros, pour ce qui a bien voulu être déclaré…Le banquet des personnes âgées lors duquel a été annoncé la date du scrutin, avant même que le Préfet ne la rende publique, et lors duquel des milliers personnes âgées ont été appelées à voter en sa faveur, n’a probablement pas été inclus.

L’ exploit de Madame le Maire se résume à avoir perdu 1 859 électeurs en 12 mois, avec le soutien d’un ancien président de la République qu’elle semble avoir entraîné dans sa chute, au vu des sondages qui se succèdent.

En cette année de miséricorde, secouons la poussière de nos sandales, et pardonnons leur de bon coeur.

L’avenir est ouvert.

Les Putéoliens ne tarderont pas à constater que le changement des pratiques, et la nécessité d’une vision priment.

 

 

 

Publicités

Read Full Post »

Quel point commun peut-on souligner entre Joëlle Franchi-Ceccaldi, qui a jugé bon de modifier son nom pour se faire élire, et Christophe Grébert, qui s’intronise meilleur opposant de celle-ci, sans néanmoins avoir fait aboutir un seul dossier en 7 ans?

Une faculté de désinformation, et une usurpation constante du travail ou des initiatives des autres et une chute réelle de popularité. Madame Franchi-Ceccaldi a perdu 2000 voix en un an. Ce fait est incontestable.

Monsieur Grébert qui ne pouvait se prévaloir du soutien du PS, les instances départementales n’ayant procédé à aucune investiture, enregistre une régression malgré ses agitations.

L’un comme l’autre espéraient, par leur désinformation putride,  tuer dans l’oeuf une initiative de la jeunesse putéolienne. Mais cette jeunesse n’a cure de leurs suggestions. Elle est persévérante et ne se laisse nullement impressionner par un veau d’or.

1-La désinformation

Prenons la désinformation. Monsieur Grébert n’a cessé de dénigrer mes recours en annulation, en allant jusqu’à écrire que j’aurais fait des fautes dans le dépôt de ma liste en 2014, et en présentant systématiquement ma liste comme étant celle d’une autre personne. Le Tribunal Administratif, comme le Conseil d’Etat ont l’un et l’autre conclu à l’irrégularité de la liste FN. Ma liste était parfaitement régulière, mon colistier n’ayant jamais signé le formulaire du FN, comme une expertise en signatures, l’a confirmé.

Malgré le premier jugement du Tribunal Administratif, Monsieur Grébert a continué dans sa mauvaise foi perverse. Il a fallu attendre les conclusions du rapporteur public du Conseil d’Etat pour qu’il modifie sa version des faits, et laisse entendre qu’il aurait été « du bon côté ». Il convient ici de rappeler que seul Stéphane Vazia, ancien élu PS, a porté son concours à l’aboutissement de ma requête en annulation. Le seul à défendre la tenue d’un scrutin régulier, ce fut lui. Prenons symétriquement le cas de Madame Joelle Franchi-Ceccaldi.

Celle-ci a attendu l’annulation de son élection irrégulière pour condamner les manoeuvres du FN, après avoir soutenu par écrit, au tribunal administratif, comme au Conseil d’Etat que la liste du FN était parfaitement régulière et sans jamais s’étendre sur la négligence de ses services qui ont fourni le même jour à la même heure, la même attestation à deux listes différentes sans émettre la moindre réserve. Les mensonges éhontés et la volonté de dénigrement de Monsieur Grébert et Madame Franchi-Ceccaldi sont symétriquement identiques sur ce point.

Que dire de Madame Franchi-Ceccaldi qui selon le Canard Enchaîné, s’était inventé un grand-père carthaginois pour justifier 5, 5 millions d’Euros non déclarés? Que son imagination est débordante ou que son sentiment d’impunité est unique? Une femme qui ment ainsi à un juge d’instruction peut-elle ne pas mentir aux électeurs?

2/ L’usurpation

Prenons l’annulation du règlement intérieur. Là encore, la présentation de Monsieur Grébert est totalement fantaisiste. A aucun moment il n’a saisi le Tribunal Administratif des irrégularités du Règlement Intérieur. Seuls deux conseillers l’ont fait. Chronologiquement je fus la première, suivie un an après par Stéphane Vazia.

Dans sa présentation des faits, Monsieur Grébert s’arrange pour laisser entendre que cette annulation est de son fait. Le jugement cite pourtant le nom de M.Vazia et non celui de M. Grébert.

Monsieur Grébert fait beaucoup de bruit autour des résultats des autres, pour laisser entendre qu’il en est à la source. C’est la mouche du coche. Madame Franchi-Ceccaldi quant à elle, s’attribue des « idées » ou « mesures » qui n’émanent en aucun cas de sa personne ou de son équipe. Elle s’est même attribuée la profession de notaire, qu’elle n’a jamais exercée.

Prenons l’installation du Conseil des Sages, initiative de la liste Puteaux en Mouvement en 2014, présentée sans vergogne dans son courrier  aux personnes âgées comme sa propre initiative par Madame Franchi-Ceccaldi.

Prenons le Street Art, mesure présentée uniquement dans le programme de la liste Union Républicaine pour Puteaux de Charles Ceccaldi, ou la piétonistation de la rue Jean Jaurès, usurpée à la fois par Monsieur Grébert et Madame Franchi-Ceccaldi et émanant, toujours, de la liste « Union Républicaine pour Puteaux ».

Prenons la mutuelle municipale que je fus la seule à proposer, dès 2014, et à nouveau en 2015. Et la liste serait bien longue. Nous initions, elle usurpe.

3/ Le détournement de suffrages

Par leurs rumeurs, Monsieur Grébert, comme Madame Franchi-Ceccaldi colportent des allégations portant atteinte à l’honneur d’autres candidats.

La liste que j’ai audacieusement conduite était composée à 50% de jeunes de moins de 25 ans, dont les parents sont de nationalité étrangère, qui ne sont aucunement représentés dans la majorité. Le benjamin de la liste a eu 18 ans cette année.

La liste putéoliens incarnait l’innovation sociale. Elle n’a pas pu déployer les moyens de communication suffisants pour diffuser ce programme, et expliquer la cause réelle de l’annulation, travestie par les usurpateurs. Elle n’a pu contrer la désinformation inepte dans les dernières heures de la campagne.

Ce fait, les électeurs le comprennent d’ eux-mêmes, et cela ne présage aucunement de l’avenir.

Nous sommes fiers de ce premier pas dans les circonstances données.

Ceux qui n’ont rien conquis n’ont eu ni échec, ni victoire. Ils ont été placés. Un temps. Les autres ont conquis, pas à pas.

L’éclat éphémère d’un veau d’or

Rien ne nous aura été épargné : menaces, calomnie, vol de tracts, tentatives d’achat de certains colistiers…

Les délits sont nombreux, si nombreux qu’ils ne sont pas tous cités ici.

Que Madame Franchi-Ceccaldi, aujourd’hui 65 ans,  qui dût attendre plus de 55 ans pour assurer la gestion en intérim de la ville de Puteaux après le vote à main levée de 35 personnes, suite aux problèmes de santé de son prédécesseur, sans lequel elle ne serait rien à ce jour,  pas même conseillère municipale, ne comprenne pas la prise de risque de jeunes audacieux peut se concevoir.

Que Madame Franchi-Ceccaldi n’ait à son actif que la désinformation pour maintenir 28% des inscrits à sa solde confirme une réelle fragilité. La réalité, c’est que 70% des inscrits ne votent pas en sa faveur. Moins d’un électeur inscrit sur trois (1/3) soutient sa politique.

Que Monsieur Grébert conforte Madame Franchi-Ceccaldi par son incapacité à faire aboutir les dossiers est un constat factuel. Il n’a pas même été en capacité de faire reloger sa colistière expulsée. C’est une autre liste qui s’en est chargée. Celle-là même qu’il met tant d’ardeur à dénigrer. Lui s’est contenté de la prendre en photo avec ses cartons pour qu’on parle de lui dans le Parisien. Inversement, j’ai permis le relogement de plusieurs familles, que les services de la Mairie laissaient sans solution malgré leur détresse. 

Persévérer dans la recherche de la justice

J’ai obtenu une annulation à laquelle aucun des candidats ne croyait,  pour permettre à une partie de la population, non représentée, d’avoir une liste, et tout simplement montrer que cette majorité n’est pas au dessus du droit.

La République, c’est aussi l’égalité de traitement devant la justice. En ce sens, avoir dénigré cette annulation, c’est avoir non seulement porté atteinte à l’honneur de l’institution judiciaire, mais également au principe fondateur d’égalité.

Les mois prochains confirmeront que notre initiative était outre louable, salutaire pour les putéoliens. Ces procédures ne coûtent pas un centime aux putéoliens. Elles concernent le candidat, et non le Maire, de ce fait la ville ne peut en aucun cas prendre en compte les frais de justice.

La calomnie a éclaboussé des personnalités innocentes comme Dominique Baudis. Mais ceux qui furent à l’origine de ces bruits ont disparu de la scène politique. Il faut laisser le temps au temps.

La délivrance est proche. Les contempteurs sont en sursis. La justice ne fait exception de personne.

Read Full Post »

Chers Putéoliens,

Les élections municipales de Puteaux ont été annulées, à ma demande, par le Conseil d’ Etat. En effet, en mars 2014, la liste que je conduisais « Nous, citoyens de Puteaux », n’a pu être enregistrée en Préfecture, du fait d’une manoeuvre frauduleuse du Front National, ayant placé à son insu un de mes colistiers sur sa liste.
Le Conseil d’ Etat a estimé que notre liste,  aurait obtenu un score significatif. L’élection de Mars 2014 ayant été frappée d’irrégularité, une nouvelle élection sera organisée dans les trois mois, les dates devant être validées par le Ministère de l’Intérieur.

L’acharnement que Madame Ceccaldi-Franchi a mis à occulter la manoeuvre du FN durant cette année de procédure, tant au Tribunal Administratif, qu’ au Conseil d’ Etat devrait interpeler chaque citoyen, ces deux juridictions ayant reconnu l’irrégularité du scrutin. Quel élu authentiquement républicain irait protester contre la tenue d’une élection régulière?

Stéphane Vazia, PS, que je remercie personnellement, fut le seul élu, à soutenir ma demande d’une élection régulière.

Les électeurs reconnaîtront le discernement des uns, et l’aveuglement des autres.

Nul ne peut confisquer aux électeurs un scrutin sincère. Nul n’est au-dessus des lois. Nul n’est exclu du droit.

La plus haute juridiction l’a confirmé ce jour.

Je remercie sincèrement mes avocats François Videau et Vincent Delaporte, que j’avais choisis pour leur efficacité en droit électoral.

Ils en parlent :

Le Nouvel Observateur : http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20150511.OBS8736/pourquoi-les-municipales-a-clichy-asnieres-et-puteaux-ont-ete-annulees.html

Libération :

http://www.liberation.fr/politiques/2015/05/11/trois-elections-municipales-annulees-par-le-conseil-d-etat_1306604

Les échos :

http://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/02160777451-hauts-de-seine-les-elections-municipales-de-clichy-asnieres-et-puteaux-annulees-1118445.php

Europe 1

http://www.europe1.fr/politique/clichy-asnieres-puteaux-le-conseil-detat-annule-trois-elections-municipales-dans-les-hauts-de-seine-940430

Read Full Post »

De multiples fois condamné en diffamation, ce pauvre Monsieur Grébert, dont on n’a jamais réellement compris, au vu de ses formulations floues, s’il avait été apte à valider son DEUG de sociologie, s’en prend au livre et à l’honneur de Charles Ceccaldi, de façon totalement impulsive et sans aucun élément de preuve.

Monsieur Grébert ignore sans doute que Sadek SELLAM est un des plus grands spécialistes de la question, comme il ignore sans doute que le 18 février dernier, a été applaudi en Algérie, lors de la journée des Martyrs, le film des descendants de Kacem ZEDDOUR dans lequel intervient Charles Ceccaldi.

Monsieur Grébert se réfère aux propos de Monsieur AUSSARESSES qui ont été contredits par des preuves matérielles, comme il se référait à la version du FN, lors des dernières municipales de Puteaux, malgré le jugement du TA.

Monsieur Grébert s’est d’ailleurs bien gardé de préciser à ses lecteurs que si le TA n’avait pas annulé l’intégralité des élections de 2014, c’est uniquement à cause de son score insignifiant dans les urnes (9% des inscrits) puisque la liste conduite par M. Grébert est arrivée loin derrière la liste majoritaire, et en aucun cas du fait de l’absence de gravité de l’irrégularité constatée, comme il l’a honteusement laissé entendre.

C’est pourquoi le Conseil d’Etat doit également se prononcer.

Dois-je être empêchée de conduire une liste à cause de l’incapacité de M. Grébert à recueillir une quantité suffisante de suffrages sur la sienne?

Peu importe à M. Grébert, submergé par la haine, la vérité historique. Seule la lapidation numérique lui importe, lui qui se qualifie de « catholique pratiquant » est toujours le premier quand il s’agit de jeter des pierres. Toujours le dernier quand il s’agit de publier des droits de réponse (Madame Hardy en garde le souvenir), en vertu de l’application du droit, ou de faire état de ses condamnations quand il en quête le montant.

Les algériens connaissent HEUREUSEMENT mieux leur histoire que le blogueur de Puteaux qui n’a que son ressentiment à partager, après 3 défaites consécutives.

Il est vrai qu’à  âge égal M. Ceccaldi était déjà Maire de Puteaux, Commissaire de police, Docteur en Droit et énarque, avocat pénaliste…Non omnes possumus omnia.

Monsieur Grébert n’a pas l’étoffe d’un Nicolas BEAU, journaliste d’investigation. On comprend sa désolation sur ce point. On la partage, même.

http://mondafrique.com/lire/societe/2015/02/24/lorsque-le-commissaire-ceccaldi-raynaud-denoncait-la-torture-en-algerie

Read Full Post »

Hier, Stéphane Vazia, élu PS, qui avait déposé une requête en juillet dernier, a pu obtenir un jugement du TA de Cergy, imposant la mise en conformité du règlement intérieur, adopté après les dernières élections. De quoi s’agit-il ? Lors de la précédente mandature, en 2012, élue DVD, j’avais obtenu confirmation du Préfet de l’irrégularité de plusieurs points du règlement intérieur, notamment le principe de proportionnalité de l’espace dédié à l’expression de l’opposition, comme de l’impossibilité de s’opposer à l’enregistrement des séances, ou la non validité de la notion de groupe). J’avais alors déposé une requête au Tribunal Administratif de Cergy, qui pouvait se prononcer ou non, dans la mesure où la requête était adressée passé le délai des deux mois de saisine, mais lesdits délais n’étaient alors mentionnés sur aucune délibération/acte/règlement du Conseil Municipal. Ils ne l’ont été qu’à compter d’octobre 2012, suite à ma remarque adressée au Préfet, ce qui justifiait une saisine a posteriori. C’est pourquoi, même si j’avais parfaitement raison sur le fond, cela n’a pas été jugé en 2013. Il s’agit tout d’abord de l’espace d’expression laissé aux élus d’opposition. Lors de la mandature de Charles Ceccaldi, le parti socialiste avait une demi-page d’expression et le journal municipal comptait une trentaine de pages. Actuellement, le Puteaux Info compte entre 90 et 100 pages, et le même espace est dévolu aux élus d’opposition qui  partagent cette étroite demi-page entre 4 sensibilités différentes. Ces sensibilités politiques ont donc, chacune,  un quart de demi-page! Tout lecteur du journal municipal aura remarqué le caractère illisible des textes de l’opposition. Il y a donc violation du principe de proportionnalité. Le droit d’expression des élus d’opposition doit leur permettre de défendre des idées, de faire valoir des points de vue. La non accessibilité du fait de son caractère rétréci porte atteinte à cette liberté fondamentale. Qu’a donc à craindre, si fébrilement, l’actuelle majorité à accorder un espace légal aux élus de l’opposition,  lisible des électeurs sur un support distribué à tous? Une police de caractère d’imprimerie qui discrimine l’accès au contenu défendu par l’opposition Le règlement intérieur permet actuellement un autre abus dans l’irrespect du droit à l’expression des conseillers d’opposition, en permettant au Maire de diffuser les tribunes des membres de l’opposition dans une police de caractère si illisible que les putéoliens se plaignent d’avoir à prendre une loupe pour en lire le contenu. Le Maire prend appui sur le fait qu’une demi-page suffirait pour la publication de l’ensemble des tribunes des composantes de l’opposition. Or cet espace doit être apprécié en fonction du volume de publication du bulletin général et surtout en fonction du droit à l’expression des conseillers d’opposition qui consiste à pouvoir pour chacun, défendre un point de vue. Si la publication est en caractère illisible, ladite position ne peut être défendue, et il y a abus. En effet, cela révèlerait d’ un abus caractérisé ( TA Nice, 15/12/2008, commune de Menton/c Mme Gerard et Menton démocratie n° 0806670), puisque l’espace qui doit être dédié aux élus d’opposition doit leur permettre de défendre leur position, en étant proportionnel au volume du bulletin d’information général publié d’une part, en ne discriminant pas la visibilité de ladite position en fonction du nombre de voix obtenues lors d’un scrutin d’autre part. Il y a un abus au sens où le droit à l’expression des conseillers d’opposition est compromis par l’utilisation d’une police de caractère inadaptée, créant une discrimination dans la diffusion et la possibilité de lire ledit message. Le second point concerne la liberté de filmer sans restriction le Conseil Municipal. Sur ce point, j’avais obtenu confirmation de la Préfecture, en 2012, que le Maire ne pouvait en aucun cas s’opposer à ces enregistrements. Enfin la notion de groupe non applicable à des villes de notre ampleur, qui était utilisée pour réserver la prise de parole aux groupes…Et non, comme il est conforme au droit, à tout élu n’appartenant pas à la majorité. Il faut saluer cette injonction de mise en conformité, qui permettra une plus grande liberté d’expression et donc le pluralisme en acte, à Puteaux. En revanche, on ne peut que constater qu’en l’espace de deux mois, l’actuelle majorité a été rappelée à l’ordre plus de 3 fois pour manquement au respect du droit ou des usages. Ainsi, de la tarification de l’accès à l’île de Puteaux, de la non concertation préalable de la DRAC pour les travaux jugés nécessaires dans la Vieille Eglise, et donc de ce règlement intérieur adopté en 2014, deux ans après que le précédent Préfet des Hauts de Seine se soit pourtant exprimé sur la question. Qu’en conclure ? L’égalité de considération et la liberté d’expression sont sœurs. Nuire à l’une, c’est nuire à l’autre. Puteaux n’est pas un empire dans un empire, à l’abri de l’application du droit ou des règles. La gestion de Charles Ceccaldi-Raynaud, qui invitait les élus d’opposition, comme il se doit, dans toute manifestation, et leur laissait un espace d’expression proportionnel au volume du bulletin municipal, ou encore son action dans la sauvegarde de la Vieille Eglise et son classement, comme sa consultation préalable des instances de rattachement avant toute réalisation témoignait d’une gestion rigoureuse, et exempte d’amateurisme. En ce sens amalgamer sa gestion et celle de l’actuelle Mairesse n’est pas fondé. Les élus de la majorité ne peuvent plus faire l’autruche. Un sursaut de conscience s’impose. Ci-dessous les liens vers mes articles et interventions entre 2012 et 2013 relatifs aux droits de l’opposition : https://puteauxpourtous.wordpress.com/2012/12/24/lettre-au-prefet-des-hauts-de-seine/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2013/01/15/reponse-du-prefet/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2013/02/10/le-couvercle-au-pot/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2012/09/08/du-respect-des-libertes-a-puteaux/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2012/07/11/pour-une-diffusion-en-direct-du-conseil-municipal-de-puteaux/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2012/07/24/inacessibilite-des-videos-du-conseil-muncipal/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2012/07/13/article-du-parisien-sur-ma-demande-de-diffusion-en-direct-du-conseil-municipal/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2014/07/11/du-droit-de-filmer-les-seances-du-conseil-municipal/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2013/02/01/report-du-conseil-municipal-faute-de-convocation-reguliere/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2012/10/11/conseil-municipal-du-17-octobre-et-fiabilite-des-retranscriptions/ Le lien vers le site socialiste où est consultable le jugement http://www.puteauxunevilledavance.fr/communiques/notre-victoire-devant-le-tribunal-la-mairie-de-puteaux-ne-respectait-pas-les-droits-de-lopposition/

Read Full Post »

Chers putéoliens

Le Tribunal Administratif de Cergy-Pontoise a jugé, suite à mon recours électoral, que  le siège du Front National devait être déclaré vacant, sa candidature n’étant pas régulière.

C’est le commencement de la réparation d’une injustice que nous avons eu à subir suite au non enregistrement de notre liste électorale en Préfecture. Le non enregistrement de notre liste était fondé sur l’inscription frauduleuse d’un de nos colistiers sur la liste du Front National. Or un même colistier ne pouvant figurer sur deux listes, la nôtre a arbitrairement été invalidée au motif que le FN a déposé sa liste avant la nôtre.

Aujourd’hui, le Tribunal Administratif  a reconnu que l’antériorité d’enregistrement ne valait pas régularité de l’enregistrement.

La Préfecture n’ avait pas contesté le fondement de notre recours, dès lors que nous avons été en capacité de prouver le faux en écriture.

Le Maire de Puteaux, en revanche, a contesté le bienfondé de notre requête en défendant le Front National et en dénigrant  son prédécesseur Charles Ceccaldi-Raynaud, ce après les conclusions du rapporteur public, qui étaient identiques au jugement rendu ce jour.

Et pour cause, en l’absence de notre liste, elle a échappé à un second tour, et à une vraisemblable triangulaire, dont l’issue était plus qu’ incertaine pour elle qui n’a pu mobiliser que 34% des inscrits.

La reconnaissance d’une manoeuvre frauduleuse par le Tribunal Administratif, est une victoire pour tous les républicains. Je salue Stéphane Vazia, élu PS, qui a su passer outre nos divergences politiques pour soutenir notre démarche.

Je remercie mes avocats  pour leur acuité.

Nous sommes donc non seulement sereins, mais enthousiastes. En effet, le Conseil d’ Etat, saisi, pourra annuler l’ensemble des élections entachées d’irrégularité comme sa jurisprudence le confirme de façon constante.

Rencontrons-nous dès à présent, pour ouvrir l’avenir!

Marie-Sophie Mozziconacci
msm.akropolis@gmail.com

Ils en parlent :

Jean-Marc Morandini http://www.jeanmarcmorandini.com/article-327787-la-justice-annule-l-election-de-l-unique-conseiller-municipal-front-national-de-puteaux.html

http://www.europe1.fr/politique/a-puteaux-l-election-d-un-conseiller-municipal-fn-annulee-2264967

Le Point, Le Figaro, Libération, Yahoo. Le Parisien.

 

Read Full Post »

La ville de Puteaux a connu 35 années de gestion marquées par une constante innovation sociale.

La précédente gestion socialiste de la ville, qui dura 22 ans, fut corrélée à une surimposition, au refus du développement du quartier de La Défense, à un sous-équipement en termes d’ infrastructures d’accueil.

Il ne s’agit pas de tomber dans l’opposition binaire de gestions partisanes, en rappelant ce fait, mais bien d’appeler à une comparaison objective et factuelle des bilans, en termes d’actions et de résultats.

L’innovation sociale n’est pas l’apanage du socialisme.

Quels exemples d’innovation sociale peut-on citer? Plusieurs articles les détailleront par la suite. Nous en évoquerons deux dans celui-ci :

La gratuité des fournitures scolaires :

Ici, rentrée oblige, nous soulignerons la totale gratuité des fournitures scolaires,  imaginée par Madame Jeannette Ceccaldi-Raynaud, alors institutrice, afin d’instaurer une égalité de fait, entre tous les enfants de Puteaux. Puteaux n’a pas attendu la crise pour mettre en oeuvre des solutions d’aide au pouvoir d’achat des parents, et d’égalité républicaine dans  l’intérêt de l’enfant.

Les opposants de posture n’ayant hélas ni proposition d’innovation sociale, ni objectivité liée à l’intérêt communal, crieront au clientélisme. Ce faisant, il serait tout à leur honneur de faire bon usage du dictionnaire offert aux enfants à cette occasion. Une prestation offerte à tous sans distinction ne peut entrer dans la définition du clientélisme.

Le comble de l’absurde allant, pour un opposant, jusqu’à  saluer la gratuité des fournitures scolaires, instaurée en 2014 par une mairie de gauche, en ayant sempiternellement dénigré celle en place depuis une trentaine d’années à Puteaux!

Cela donne aux électeurs la mesure de l’intégrité intellectuelle de certains élus, qui se soucient peu de l’intérêt communal, c’est-à-dire des putéoliens eux-mêmes.

Concernant le choix de cette rentrée par le Maire actuel, il y a  une volonté de différenciation entre les enfants qui s’éloigne du concept initial, mais surtout, il y a une absence d’innovation dans le traitement de la rentrée, en temps de crise.

Il m’aurait semblé judicieux d’indiquer l’origine de fabrication desdits cartables, et de privilégier des TPE françaises ou des artisans pour contribuer au cercle vertueux du soutien à l’activité locale. J’aurais trouvé pertinent d’associer les putéoliens au choix des fournitures, et à celui de l’esthétique du cartable, par exemple à l’occasion du salon des créateurs. Des plateformes innovantes comme littlemarket permettent une mise en relation avec des artisans.

Enfin établir la signature d’une charte de recyclage, par l’engagement d’une restitution à la fin de l’année, à une association caritative, aurait permis de sortir d’une logique consumériste, et d’intégrer la notion d’usage qui lui supplée.

Quoiqu’il en soit, ceux qui ont fait leurs choux gras d’une mise en vente sur le bon coin, semblent ignorer une question qui ne relève pas du détail…Vouloir récupérer 10 à 15 euros par la vente d’un cartable indique-t-il un simple désintérêt ou un besoin de liquidité? Autrement, pourquoi ne pas avoir fait don du cartable à l’association toulousaine qui s’était manifestée? Là aussi, il y a un traitement de la dégradation du niveau de vie des familles  passé sous couvert par la quête de glorification éphémère d’un blogueur inapte à l’analyse des faits.

Les vacances sociales :

Puteaux, sous la mandature de Charles Ceccaldi-Raynaud a innové par la création de vacances sociales, avec loisirs inclus, à des tarifs inférieurs de 50% au prix du marché, auxquels il fallait encore retrancher jusqu’à 33% de réduction en fonction des revenus des ménages.

Cette initiative a été prise il y a plus de 30 ans,  bien avant l’émergence des sites de vente à prix cassés de vacances, et bien avant la crise économique que nous connaissons.

Accessible à chaque instant, les putéoliens se souviennent avoir vu leur Maire participer à des classes de découverte avec les enfants à la Marine de Caprone, dans la même barque qu’eux!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette proximité résolument sociale n’existe plus actuellement.

Puteaux a donc été, jusqu’en 2004, une ville visionnaire en termes d’innovation sociale. Aujourd’hui les mesures sociales instaurées par la  nouvelle municipalité sont souvent importées d’autres villes, et non pas imaginées pour Puteaux, en avance sur d’autres villes. La ville a aussi pris un retard considérable sur d’autres communes pourtant moins riches.

A amalgamer la gestion qui s’étend de 1969 à 2004 avec celle de 2004/2014, certains élus d’opposition ont perdu toute crédibilité auprès de l’électorat qui a connu cet âge d’or. Les putéoliens n’ont que faire du dénigrement compulsif, ils savent ce qu’ils ont vécu, et ce qu’ils ont perdu. Ils savent aussi qu’ ils n’ont rien à gagner avec des contempteurs de posture, dépourvus de stature.

Renouer avec l’innovation sociale est la priorité de la nouvelle génération de Puteaux, qui  porte une VAGUE d’ ENERGIE CITOYENNE.

Bonne rentrée à tous les putéoliens.

 

 

 

 

Read Full Post »

Les résultats du baccalauréat sont l’occasion d’évoquer une récompense instaurée par le fondateur du Puteaux résidentiel et équitable, Charles Ceccaldi-Raynaud.

Celui-ci avait instauré la prise en charge intégrale, sans avance de frais à consentir des récipiendaires auprès des autoécoles de la ville, pour tout bachelier avec mention ou tout titulaire d’un diplôme avec mention.

Un étudiant n’ayant pas passé son permis et ayant obtenu une licence avec mention pouvait donc également bénéficier de cette prise en charge intégrale, comme un diplômé d’une formation professionnelle.

Qu’en est-il aujourd’hui?

Aujourd’hui les lauréats avec mention peuvent solliciter une prise en charge plafonnée à 610 Euros et perceptible après avoir fait l’avance des frais aux auto-écoles.

Les plus modestes parmi ce public méritant, sont donc lésés. Une mère de famille me confiait avoir dû emprunter la différence pour aider sa fille.

Une titulaire d’un bac professionnel avec mention me dit son dégoût de n’avoir pu bénéficier du dispositif au motif que les bacs professionnels n’étaient pas considérés par le nouveau dispositif. Cette absurdité lui a été couchée par écrit, dans un courrier.

Quant à la récompense liée à la notion de mérite républicain, avec laquelle certains élus, comme Monsieur Grébert, semblent fâchés, elle doit être renforcée à l’heure où le fait d’avoir son bac n’est plus qu’une formalité.

La ville de Cannes encourage ainsi davantage les bacheliers Mention Très Bien par l’ attribution d’une bourse de 6000 Euros pour leurs futures études, la ville de Courbevoie a instaurée une réception particulière reprise en année préélectorale par la ville de Puteaux pour cette mention particulière.

La création de bourses à destination des étudiants a également marqué la mandature de Charles Ceccaldi-Raynaud, reçu premier au concours de commissaire de police et docteur d’état en droit, avant d’être reçu à l’ENA, qui connu lui aussi en son temps, les difficultés de financement.

Dans la même optique, il ne semble pas conforme au principe d’égalité républicaine de facturer aux parents le coûts des activités périscolaires non facultatives alors que plusieurs villes des Hauts de Seine, bien moins riches que Puteaux, ont opté pour la gratuité pour tous. On peut citer Colombes, Clamart, Neuilly…

On arguera que les plus modestes pourront faire la queue au CCAS et porter le poids d’une faveur simulée. Ils auraient pu aussi bénéficier d’une priorité d’ordre républicaine, gratuitement et sans dérogation, dans une ville qui ne regarde pas aux dépenses pour le loisir ou la communication.

Le journal municipal a doublé de volume, sans recours au financement publicitaire, pour un contenu informatif relativement maigre.

En ce sens, il y a une réelle différence de priorités entre la gestion du précédent Maire, et l’actuelle mandature.

La vitalité associative de la ville de Puteaux est quant à elle un élément positif qui confirme la forte envie d’implication des citoyens pour leur ville.

Une vague d’énergies citoyennes arrive!

Marie-Sophie Mozziconacci

 

Read Full Post »

Dans un article construit, Madame Keszey propose de légiférer sur le népotisme triomphant.

Il faut entendre le népotisme en son sens élargi, celui de la cooptation.

Dans notre société, où près de 80% des emplois sont le fait d’une cooptation, par quel moyen peut-on, de façon certaine, départir le mérite individuel de la force de l’entourage ou du réseau?

Le fils du médecin a-t-il moins de mérite à devenir lui-même médecin que le fils de l’ouvrier, ou l’obtention du titre vaut-elle « quitus » aux yeux des contempteurs de la filiation?

La transposition est-elle possible en politique, où, par définition, aucun titre ou concours autre que le suffrage universel n’est à l’oeuvre?

Peut-on légiférer pour restreindre ou contenir le népotisme et la tradition avérée du Dauphin en politique?

A l’échelon d’une Mairie, un encadrement peut être rendu possible par une réforme souhaitable. Je m’étonne qu’elle ne soit pas suggérée par une proposition de loi, voire un projet de loi. Elle consisterait, lors de la démission d’un Maire, à organiser une élection partielle. De ce fait il ne serait plus possible d’organiser une passation de pouvoir qui résulterait du simple adoubement, en interne, d’un dauphin par une majorité acquise.

Pourquoi? Tout simplement parce que la prise de risque, celle du gain du suffrage universel,  doit être inextricablement liée à l’honneur de la fonction de Maire d’une part, d’autre part parce que la gestion d’une ville implique la complète adhésion entre la personne du Maire et la population.

Imposer une partielle d’office, en cas de démission d’un Maire, et non simplement lorsque l’ensemble du Conseil Municipal décide de démissionner,  éviterait en outre de donner un avantage qui romprait l’égalité entre les candidats entre un Dauphin « aux manettes » en interim, et ceux qui prennent le risque de mener en leur nom une liste.

Centrer le débat sur la simple filiation comme le fait le blogueur réprouvé du suffrage universel, c’est biaiser un débat, et lui ôter toute résolution en termes d’égalité des chances et de prise de risque.

En effet, si l’on peut  légitimement fustiger l’absence de renouvellement en politique, il n’en reste pas moins que notre société est fondée sur les individualités et l’égalité entre les individus. L’égalité républicaine voudrait qu’un individu ne nuise pas à l’équité entre les candidats en étant imposé. Mais cette même égalité républicaine impose qu’un candidat ne soit pas disqualifié d’office par ce qui ne dépend pas de lui, à savoir une filiation.

On se souvient d’un cas emblématique d’un Ministre qui avait tenté d’évincer une conseillère qui avait pour tort d’être la petite fille de Papon, tout en ayant les compétences objectivement mesurables pour sa fonction. Le Ministre craignant un amalgame dans la presse, lié à la filiation, était prêt à bannir un individu.

Concernant la gestion d’une Mairie, les hommages unanimes à Dominique Baudis, rappellent qu’on ne peut enfermer un individu et son mérite personnel dans sa filiation. Dominique Baudis a sans doute été le Maire auquel les toulousains ont eu le plus grand attachement affectif, et le fait qu’il soit le fils du précédent Maire n’a rien ôté à ses qualités, de tous reconnues.

Le débat, pour être efficace, doit donc être centré sur l’égalité entre les candidats et la prévenance de la cooptation.

La cooptation va au-delà de la filiation. Notre blogueur local, qui doit son investiture MODEM à ses amitiés particulières ne saurait le nier.

Les putéoliens ont bien perçu que derrière l’apparent acharnement de Madame Cancelloni à dénoncer le népotisme, il y avait une volonté expiatoire, celle d’effacer sa cooptation personnelle, du temps de Denis Badré, ou ses moyens matériels acquis à la faveur d’un mariage, et non du simple travail individuel.

Les mignons, favorites, ou amis de toujours, les « fils spirituels », cooptés par tel ou tel, sont moins identifiables que les enfants.

Mesurer la part de grâce et celle du mérite dans l’ascension de tel ou tel n’est pas aisé.

Il appartient à la République de garantir l’égalité de considération entre les individus. Il nous appartient de faire évoluer les encadrements pour éviter le jeu de chaises musicales en République.

Il est de notre devoir, enfin, d’apporter des solutions concrètes à la réalité de notre société qui vante une société du titre entendu comme diplôme, et pratique une société du réseau.

Loin du traitement caricatural de quelques uns, qui ne voient que leur petit intérêt local, la question de la cooptation en République, appelle une réflexion de fond.

 

 

 

Read Full Post »

L’éternelle mouche du coche de Puteaux, Monsieur Grébert,  voudrait encore faire du bruit en exploitant les déconvenues de certains putéoliens : Beaucoup de bruit et aucun résultat.

Il fait mine de s’intéresser à la sécurité dans le quartier Boieldieu, en n’ ayant aucune intervention et aucun résultat, en 6 ans, sur ce thème. Mieux, les résidents du quartier ont systématiquement refusé de lui confier leur témoignage.

Je suis intervenue en 2012, et régulièrement  en 2013 sur ce thème en concertation avec les autorités compétentes. J’y ai en outre consacré deux tribunes dans le Puteaux Info.

J’ai été reçue par le commissaire à ce sujet, à la demande du Préfet qui a été très réceptif à la pétition organisée en juin dernier.

L’efficacité de la police nationale n’est pas en cause. Les élucidations sont rapides. L’agresseur de la personne âgée agressée en août a ainsi été placé en détention provisoire rapidement après les faits et a pu être confondu malgré le port de gants en plastique. Il s’agissait d’un récidiviste.

En revanche il faut prévenir ces agressions par des rondes quotidiennes et davantage sécuriser les parkings qui n’ont à l’heure actuelle de caméras qu’à l’entrée et qui font régulièrement l’objet de casse de véhicule par des mineurs. La semaine passée, de nouveaux véhicules ont été dégradés.

Renforcer la sécurité dans le quartier résidentiel de la Défense

Les incidents se multiplient dans le quartier résidentiel de la Défense. Plus de 60 véhicules endommagés, des personnes âgées agressées physiquement et volées, parfois en pleine journée.

Les agressions les plus récentes ne sont pas les moins violentes : Fin août c’est une dame de 74 ans qui a été violemment agressée à 16 heures, avec le nez cassé et deux jours d’hospitalisation (son agresseur est actuellement en détention provisoire), vendredi 1er novembre, une personne qui a été agressée et menacée de mort pour un téléphone portable.

Excédés, les résidents avaient organisé une pétition en juillet dernier qui a réuni plus de 200 signatures, dont l’ensemble des commerçants du quartier, en faveur de la réhabilitation de rondes de vigiles ou de policiers accompagnés de chiens. Ces résidents souhaitent également la réouverture d’une antenne de police locale. En effet, il y a quelques années, la sécurité était assurée dans ce quartier par des rondes quotidiennes et une antenne de police locale qui ont été supprimées par l’actuel Maire.

Marie-Sophie Mozziconacci, Conseillère Municipale DVD  a saisi le Préfet sur le nécessaire renforcement de la sécurité et lui a adressé la pétition. Celui-ci s’est entretenu à ce sujet avec le Commissaire L’ objectif est de modifier la convention de coordination entre la police nationale et municipale, de façon que les effectifs soient revus à la hausse pour sécuriser le quartier.

La liberté de circulation doit être garantie aux résidents par la mise en oeuvre de moyens de sécurité ayant fait leurs preuves dans le passé.

Liens :

1-https://puteauxpourtous.wordpress.com/2013/10/16/tribune-doctobre/

2-https://puteauxpourtous.wordpress.com/2013/03/08/la-securite-dans-le-quartier-boieldieu/

Mise à jour 16/11/13 : Deux policiers municipaux effectuaient une ronde en fin d’après-midi dans le parking Boieldieu et le quartier.

Read Full Post »

« Jeanne et Poézévara ne feront bientôt plus parti de mon équipe. Il est possible que je jette l éponge face à tous ces cons.   J aurais voulu donner un espoir à ceux qui croient en une éthique politique…mais ce ne sera pas facile »

Stéphane Vazia, candidat PS,  parle en ces termes de ses colistiers, conscient de leurs limites et bien conscient qu’ils ne s’approchent ni de près ni de loin de l’éthique qu’ils revendiquent.

Il ajoute, concernant Madame Jeanne « Mon sentiment sur Nadine, je le sais depuis longtemps, finira chez grebert…Grebert le sait aussi …le « je compte sur toi  » est très révélateur « 

Read Full Post »

Le tableau ci-dessous présente les données relatives aux expulsions autorisées de 2008 à 2013 dans le parc HLM, et celles des expulsions réalisées effectivement recensées.
2008

2008 2009 2010 2011 2012 2013
6

6

5

3

8

5

21

21

22

13

82

On peut être surpris par le pic d’expulsions autorisées en 2011 et 2012, mais plus encore par le fait que l’intégralité des expulsions autorisées ont été effectivement réalisées en 2011.

Les expulsions effectivement réalisées sont en caractère gras.

Quel fut donc le rôle de l’adjointe en charge des affaires sociales qui a rejoint le groupe de Monsieur Grébert au Conseil Municipal? Autant dire que lorsque la totalité des expulsions autorisées sont réalisées, c’est qu’il y a une faille de l’accompagnement des services sociaux. Ne parlons pas de ceux qui ont reçu en pleine canicule un courrier les invitant à « appeler le 115 s’ils n’avaient pas de solution de relogement ».

Une autre colistière de Monsieur Grébert, candidat aux municipales de 2014, a elle-même fait l’objet d’une expulsion. Sont-ce Monsieur Grébert et Madame Cancelloni qui l’auraient extraite de sa condition précaire? Nullement. Une personne qu’ils n’ont de cesse de dénigrer a eu l’humanité de le faire. Le reconnaître ne déshonorerait personne.

On distingue les  candidats qui se trouvent toujours des excuses de ceux qui trouvent des solutions.

Read Full Post »

Suite à l’article du parisien relatif aux futures élections, il est utile de préciser qu’il n’y aura dans cette campagne aucune querelle de personne, même si certains candidats auraient rêvé bâtir leur communication sur des conflits familiaux. Ces mêmes candidats qui mènent deux listes distinctes en siégeant dans un même « groupe » au conseil, devraient être bien placés pour savoir qu’on peut porter une vision différente, sans être en guerre personnelle.

En revanche, il y aura systématiquement une confrontation sur la cohérence entre les dires et les actions. Quand on prétend défendre la liberté d’expression, on ne censure pas une de ses anciennes colistières.

Quand on prétend mener pour la première fois une liste de « centre droit » indépendante de la majorité, on n’est pas suppléante du conseiller général jusqu’en mars 2015, responsable des appels d’offre passés, et du bilan de la municipalité. On ne peut être et ne pas avoir été, en l’occurrence 18 ans dans la majorité et 12 dans l’exécutif (Elue en 1995, 2001, 2008). Parler de renouvellement quand l’une a été élue sur une liste en 1983, voilà plus de 30 ans, et l’autre, pendant 18 ans sans discontinuer sonne faux.

En ce sens, ma ligne de conduite toujours claire consiste à confronter les attitudes et non les personnes.

Enfin, que certains candidats cessent définitivement leurs manoeuvres sournoises, tantôt à appeler à la fin du « Ceccaldisme » tout en ayant un groupe composé de 3 artisans du « système », et à téléphoner à Charles Ceccaldi pour quémander son soutien, ou accréditer un storytelling; Mieux à demander à ce dernier d’intervenir pour un relogement.

MSM

Read Full Post »

Candidate de paille du PS, selon le candidat investi Stéphane Vazia, Sylvie Cancelloni est promue avec ardeur par Christophe Grébert sur la liste duquel elle a été élue. De ce fait elle n’est pas une élue de droite. Elle a été élue sur une liste modem et vert, au détriment de nombreux colistiers qui s’en sont désolidarisés. Elle a été candidate Modem aux cantonales, après diverses intrigues au sein de la section Modem. Elle a soutenu un candidat Modem et proche ami, et non pas un candidat de droite aux Sénatoriales. Bien que Vice-Président de l’UDI, le Député Fromantin ne lui a pas obtenu le soutien de l’UDI.  Il n’a pu emporter l’adhésion autour d’un tel parcours.

Elle critique Charles Ceccaldi en ayant été ancienne colistière non reconduite, et en ayant pris soin de l’appeler récemment, en 2013,  pour lui demander son soutien, naturellement non obtenu.

Donc Madame Cancelloni se serait déjà trompée 3 fois dans ses choix (si l’on suit ses mouvements), et prétendrait, forte de son discernement éprouvé, guider les putéoliens. On croirait la parabole des aveugles!

Adepte de l’ellipse en politique Madame Cancelloni fait quelques oublis volontaires et quelques ajouts opportuns.

Agée de 60 ans, Madame Cancelloni s’imagine subitement incarner l’avenir et s’improviserait tête de liste, pas par conviction, mais par pur calcul.

Un Maire peut se représenter à cet âge, mais mener pour la première fois une liste à cet âge est incongru. Pourquoi mènerait-elle une liste différente de Christophe Grébert si elle ne trouve rien à redire au bilan de ce dernier, elle qui fut condamnée à ses côtés?

Dans l’hypothèse où elle réunirait les colistiers, ce qui à ce jour est loin d’être acquis, elle tenterait de diviser la droite, pour se rallier à la coalition de Grébert.

Ayant changé 3 fois d’étiquette ces dernières années, les électeurs seraient bien avisés de scruter son parcours en détails.

Madame Sanka a eu à subir maintes péripéties d’un autoritarisme qui ne dit pas son nom et tente de se poser en remède au même autoritarisme.

Une question se pose. Pourquoi les équipes dans lesquelles Madame Cancelloni figure implosent?

Madame Keszey a, par divers articles, relaté la triste fin de la liste « Puteaux Ensemble » menée par Grébert en 2008, et a décidé de rejoindre Monsieur Vazia au même titre que Madame Hardy.

La section Modem locale a été placée sous tutelle…

Et le maigre « groupe » de Monsieur Grébert au Conseil compte deux candidats distincts aux municipales.

Sylvie Cancelloni est la mal à droite. C’est là sa seule constance.

Liens en rapport :

https://puteauxpourtous.wordpress.com/2013/05/27/cancelloni-en-mouvement/

http://www.rupture-et-metamorphose.org/archive/2012/05/28/lettre-a-jean-christophe-fromantin-maire-de-neuilly.html

http://www.notreputeaux.com/archive/2012/06/18/lettre-a-florence-hubin-journal-le-parisien1.html

Read Full Post »

Etrangement, Madame Jeanne, bien connue pour sa partialité et la stigmatisation de ceux qui ne partagent pas sa vérité, est muette sur les conséquences de la gestion municipale de Clichy.

Madame Jeanne avait, dans un souci d’ouverture intéressée, consacré un article au retrait  des délégations de Madame Chavrier, alors Première Adjointe.  Une situation identique s’est produite dans deux villes administrées par le PS, Clichy et Asnières, et Madame Jeanne ne trouve pas opportun d’en parler.

Ce n’est pas l’impartialité qu’elle recherche.

Aurait-elle condamné publiquement la censure dont Madame Hardy a été victime du fait de Monsieur Grébert ? Nullement. Les accords sous-jacents priment sur l’impartialité. Les compromis sur l’engagement.

Alors que Monsieur Vazia, candidat PS, reconnaît volontiers que Monsieur Grébert reproduirait tout ce qu’il dénonce  et en ce sens ne représenterait aucune alternative pour Puteaux, Madame Jeanne semble une adepte de la géométrie variable (Voir article de juin 2012)

Putéoliens, ce ne sont pas les personnes et étiquettes, mais les attitudes qui doivent être réprouvées.  On ne peut dénoncer une situation qui se produit dans une Mairie gérée par un parti adverse et être muet quand la même situation advient dans une ville de son bord.

Chasser l’autoritarisme pour souffrir d’un nouvel autoritarisme n’est pas une opération à somme nulle. Mais une désespérance accrue par un gain nul.

Des libertés individuelles à Puteaux

A géométrie variable.

Alors que la question de la neutralité et de la préservation des libertés individuelles est centrale à Puteaux, Madame Jeanne crie Haro sur Charles Ceccaldi-Raynaud. Ses références à elle, au premier rang desquelles, son secrétaire départemental Pascal Buchet, qui se pourvoit en cassation après avoir vu sa peine alourdie en appel pour harcèlement moral, dans le cadre du suicide d’une ancienne collaboratrice, sont sans doute plus estimables.

Le débat de 2014 s’articule autour des notions de stigmatisation et d’ostracisme. Madame Jeanne enseigne le français mais ne maîtrise pas la rigueur philosophique. Elle ne discerne pas les concepts, à la notable différence de Jaurès, auteur sur lequel elle revendiquait un monopole clanique.

M’aurait-elle aussi dénié la validité de ma date de naissance si elle avait su que c’était la même que Karl Marx, comme elle a pu me dénier la faculté de citer Jaurès?

Ceux qui prétendent vouloir mettre à bas un clan, sont bien en peine de garantir la neutralité future de leurs actions. Ils stigmatisent les individus par leur appartenance à tel ou tel groupe. Ils souhaitent simplement substituer un clan à un autre. Ils n’ont que faire de la préservation des libertés individuelles.  C’est le pouvoir qu’ils convoitent.

Leur programme,  c’est : ” Le clan est mort, vive le clan!”

En République, on ne stigmatise pas un individu par rapport à son appartenance, son ascendance, sa descendance. On respecte sa liberté.  On garantit ses droits.

Le débat n’est donc pas le binarisme simpliste qui oppose “pro-ceccaldi” et “anti-ceccaldi” (qui revient à substituer un clan à un autre)  mais entre libéraux et communautariens.

Entre défenseurs des libertés individuelles et  contempteurs de circonstance.

Marie-Sophie Mozziconacci

Read Full Post »

Louis Pouey, qui fut Premier Adjoint de Puteaux, évoque le nouveau Maire, Charles Ceccaldi-Raynaud.

« J’avais décelé depuis longtemps chez mon jeune collègue, des qualités exceptionnelles qui le désignaient tout spécialement dans cette importante fonction.

En quelques mois, à la tête de la Municipalité, il a donné la mesure des virtualités que j’avais soupçonnées. Mon choix a reçu la consécration des évènements. Quel heureux changement dans tous les domaines. Quelle joie de pouvoir contempler, tout à loisir, la vivacité intellectuelle, la puissance de travail, l’habileté stratégique, l’intégrité rigoureuse,  de mon Maire bien aimé.

A mon âge, après deux générations passées à Puteaux, et au cours desquelles j’ai connu personnellement Marius Jacotot, Georges Barthelemy, Henri Buisine, Jean Nenning, Roger Deniau, et le prédécesseur immédiat de Monsieur Ceccaldi-Raynaud, j’estime avoir bien rempli ma vie en contribuant à donner à ma commune, un Maire digne de l’avenir de notre cité.

Read Full Post »

Cancelloni en mouvement

Tous les 6 ans, elle change d’orientation politique. Cancelloni est en mouvement. La ville n’a jamais été mue par ses retournements divers.
Elue  sur la liste Ceccaldi, elle n’est pas reconduite. Elle se fait élire sur la liste Modem (indépendante de la droite) et VERT de Christophe Grébert.  Elle sera sa suppléante aux élections cantonales où ils s’allieront avec le PS pour le second tour. Ils affrontaient le duo Franchi/Chavrier.  Ils n’ont pas rassemblé plus de 12% des inscrits lors de ce scrutin.

Le candidat PS dit d’elle que sa principale qualité serait de pouvoir affaiblir la droite.
Aux prochaines échéances, toujours en mouvement vers la quête du pouvoir, Madame Cancelloni souhaiterait se déguiser en élue de « centre droit ».

Aux Sénatoriales, elle n’a pas soutenu Hervé Marseille, mais un élu Modem. Aux présidentielles, elle a soutenu Bayrou avant de constater qu’il ne représentait pas d’opportunité d’avenir pour elle.

Aux législatives, le Député qui aurait été élu au premier tour avec n’importe quel suppléant a été confronté à une triangulaire humiliante et s’est retrouvé minoritaire à Puteaux, comme à Courbevoie, ce qui ne s’était jamais produit dans l’histoire de la circonscription.

Une amnésie collective pourrait lui permettre d’incarner le renouveau, pense-t-elle.

images cancelloni grébert modemSylvie Cancelloni tractant pour le MODEM avec Christophe Grébert.

Read Full Post »

Les difficultés rencontrées par la presse papier imposent une réflexion d’ensemble. L’enjeu n’est pas simplement de permettre à chaque putéolien qui le jugerait nécessaire, un accès gratuit et pluriel à cette presse, quotidienne ou hebdomadaire, il consiste également à ne pas léser davantage un secteur asphyxié économiquement.

Les grandes écoles ont opté pour une solution mixte incluant un accès numérique  avec les archives associées sur plusieurs années via FACTIVA. Les étudiants peuvent accéder à la presse nationale et étrangère. Les journaux sont également disponibles en version papier.

La municipalité pourrait s’inspirer de ce mode de mise à disposition de l’information.

Elle pourrait également offrir un abonnement à chaque lycéen au quotidien de son choix.

De façon plus générale, le système éducatif n’a-t-il pas sa part de responsabilité dans la mesure où il n’incite pas les élèves du secondaire à une lecture régulière et variée des quotidiens d’information? Est-il normal que seuls les élèves de classes préparatoires aient pour recommandation en vue des concours approchants une lecture régulière et approfondie ?

Face au désintéressement de nos concitoyens lors des élections, manifesté par un abstentionnisme récurrent, ne devrait-on pas promouvoir un devoir civique d’information, notamment au sein des établissements scolaires ?

Autant de questions ouvertes qui témoignent de la globalité avec laquelle il convient de traiter un sujet aussi passionnant tant ses implications sont sensibles.

Ouvrages :

Charon Jean-Marie, La presse quotidienne, Editions La Découverte, Paris, 1996.

YO Chi, La désaffection pour la presse, Editions Le Marchand, 2004

Read Full Post »

Older Posts »