Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘conseil municipal’

Insertion de jeunes de 16 à 29 ans.

La ville de Puteaux connaît un taux de chômage plus élevé chez les jeunes de moins de 25 ans que d’autres villes du département, parmi lesquelles Issy-les-Moulineaux, Courbevoie, Clamart, Fontenay, Asnières, qui figurent chacune dans le classement des 25 villes nationales ayant le taux de chômage le plus faible.

L’instauration d’un dispositif d’insertion à leur destination est donc pleinement justifié.

Néanmoins, il convient de s’interroger sur l’efficacité de sa mise en oeuvre en cernant les causes du défaut d’insertion de ces jeunes en devenir.

Comment expliquer que le taux de chômage soit très supérieur à celui de Courbevoie?

1-Qui est en charge de l’évaluation de la pertinence du parcours de formation présenté avec l’insertion escomptée?

2-La formation professionnelle ou académique est-elle le seul vecteur d’insertion encouragé? La création d’entreprise n’est-elle-pas, en soi, plus qu’une insertion ponctuelle, un projet de vie?

3-Le montant proposé, modeste (Entre 100 et 500 euros), ne peut-il être abondé pour une prise en charge partielle de frais d’inscription universitaire ou écoles supérieures?

4-En lien avec l’insertion professionnelle des jeunes, la prise en charge du permis de conduire a été diminuée. Pour quel motif? Sous Charles Ceccaldi le permis de conduire, était intégralement pris en charge, actuellement l’aide est limitée à 610 Euros versés en deux fois, et sous condition de revenu.

Le Maire a été bien incapable de répondre à ces questions. Sa seule explication est que Puteaux compte 30% de HLM, « nous n’avons pas les mêmes jeunes ». Cette explication est simpliste. D’une part, elle est déterministe. En outre, le Maire est bien placé pour savoir que les résidents des HLM de la ville sont d’un profil « modérément » social.

Vote du Budget

Ville non endettée, comptes en équilibre : A première vue la situation budgétaire semblerait louable.

A y regarder de plus près, on peut s’interroger sur deux points particuliers :

1/-Le budget primitif 2013 présente des augmentations prévisibles de postes sensibles en période pré-électorale.

Il s’agit notamment de l’affranchissement, des télécommunications, des catalogues et imprimés, et bien évidemment des fêtes et cérémonies.

Si on prend en considération le budget primitif 2012 sur ces postes, le compte administratif pour se fier aux montants effectivement affectés aux dépenses, et le budget primitif 2013, on obtient les augmentations suivantes :

Budget Primitif 2012

Compte Administratif

2012

Budget Primitif 2013

Affranchissement

236 200

232 883

261 000

24 800

28 117

Télécommunications

640 470

518 496

645 150

4 680

126 654

Catalogues et imprimés

596 400

480 501

781 400

185 000

300 899

Fêtes et cérémonies

705 850

1 727 393

(1 033 807 + 693 585)

(bilan 1 582 484)

916 950

211 100

665 534 (écart bilan)

810 443 (écart réalisé)

En bleu augmentation prévue de budget primitif à budget primitif

(budget primitif 2013 (-) budget primitif 2012)

En rouge augmentation du réalisé au primitif 2013

(budget primitif 2013 (-) réalisé compte administratif 2012)

Concernant le poste fête et cérémonie, on constate que contrairement aux autres postes, le budget primitif 2012 est largement dépassé. On passe ainsi d’une enveloppe budgétaire de 705 850 Euros (budget primitif 2012) à 1 727 393 Euros dans le compte administratif, et à 1 582 484 Euros dans le bilan, soit près du double de l’enveloppe initialement votée.

Pour 2013, le budget primitif allouerait 916 950 Euros au poste fête et cérémonie. Quels éléments peuvent garantir à l’assemblée délibérante que cette somme ne sera pas abondée?

Comment justifier le dépassement de l’année 2012? A quel moment précis a-t-il fait l’objet d’une consultation de l’assemblée délibérante?

Prenez-vous l’engagement d’inviter les élus d’opposition à chaque cérémonie, par voie officielle?

2/Le second point qui suscite des interrogations est la communication faite autour de l’adoption d’une subvention à l’OPH d’un montant de 3 300 000 Euros qui serait cette année abondée de 18%.

Or le compte administratif fait état de 1 171 803 Euros effectivement réalisés, et d’une annulation de crédit de 2 128 197 Euros.

A quoi peut-on rattacher cette annulation?

Pourquoi baser une communication sur un montant adopté MAIS non réalisé plutôt que sur le montant qui a effectivement bénéficié à l’OPH?

Enfin, il y a plus de 10 ans de cela, le montant de la subvention accordée était de 8 000 000 d’Euros, ce qui nous amène à relativiser la largesse supposée d’une telle subvention. En revanche, on peut s’interroger sur le fait que la somme effectivement versée à l’OPH est inférieure (-) 555 590 Euros au budget consacré aux fêtes et cérémonies.

Sans doute saurez-vous nous éclairer sur ces orientations qui nous sont soumises?

Aucune réponse du Maire

 Le Maire m’a simplement agressée disant qu’elle s’étonnait que je m’intéresse à la vie de la ville. C’était plus facile pour elle que de répondre concrètement.

Faut-il lui rappeler que c’est mon intervention qui l’a mise en défaut sur le cinéma Le Central en juillet 2012, puis lorsque le Préfet a saisi la DGCCRF? Le CNC m’a d’ailleurs confirmé que la Mairie n’avait pas été en mesure de déposer un dossier dans les temps.
Faut-il lui demander, si elle, en sa qualité de Maire, s’intéresse au Quartier Boieldieu, où deux nouvelles agressions ont eu lieu la semaine passée, malgré sa réunion, et ses dires?

Publicités

Read Full Post »

Eviter de faire circuler l’information suffira-t-il à masquer l’incompétence?

C’est la question qui peut se poser après la succession de contre vérités qui a été débitée lors du conseil municipal.

Le Maire a reconnu avoir falsifié le procès verbal de la séance du 06 juillet, mais minimise cette falsification en prétendant qu’il s’agissait pour elle d’apporter un complément d’information avec 3 mois de décalage.

Il n’en demeure pas moins que faire passer pour propos tenus le 06 juillet, ce qui ne l’a pas été constitue un faux en écriture publique.

Le Maire souhaite désormais ne plus diffuser le conseil en vidéo. Elle argue d’un faible taux de connexions. Et du fait que les fichiers source auraient été détruits ou endommagés.

C’est sans compter sur la circulation d’une vidéo du 06 juillet et sur l’incohérence du fait que la retranscription se fonde sur un enregistrement.

Le Maire croit couper court à sa manoeuvre en prétendant qu’il s’agit d’une volonté, pour les conseillers de se mettre en scène, voire de compenser des absences. Qui peut croire pareille ineptie alors que la vidéo ne filmait que Le Maire, contrairement aux autres villes? Que nous vaut pareille remarque de la part d’un ancien parlementaire fantôme? De la part d’une ancienne salariée de la Mairie de Neuilly inconnue des services municipaux d’alors?

En 2012, aucune absence pour ce qui me concerne,  ce qui ne fut pas le cas de sa majorité en mal de quorum, il y a quelques mois lors du vote du budget.

Que veut masquer exactement le Maire? Des lectures difficiles pour certains? Des réponses fausses la plupart du temps?

Le 06 juillet le Maire a prétendu être en négociation avec le CNC, ce qui était faux. D’une part parce qu’on ne négocie pas avec le CNC, d’autre part, parce que seul le titulaire de la carte d’exploitation est en mesure de faire une demande de labellisation.

Le 17 octobre, elle croit nous informer en nous disant que la labellisation est accordée en prenant en compte la programmation de l’année N-1, ce qui est exact lorsque l’exploitant ne change pas.

Dans le cas du Central, la reprise en régie directe conduit la Mairie à passer en commission d’appel uniquement, en mars prochain, et en aucun cas à obtenir la labellisation sur le fondement de la programmation de la société des cinémas de dreux.

Le Maire prétend ne pas avoir été alerté par le Préfet d’une éventuelle distorsion de la concurrence entre la société cinéode et ugc, mais juge néanmoins utile de parer à tout reproche en falsifiant le compte rendu du 06 juillet.

Mieux, le Maire décrète que désormais, puisque nous osons nous insurger contre une falsification, elle supprimera les retranscriptions  dans les procès verbaux, puisque la loi ne l’y oblige pas, mais la loi n’autorise pas le faux en écriture publique.

Le Maire coupe la parole dès que la solidité de l’Epadesa est évoquée, alors même qu’elle conditionne la tenue d’engagements qui sont soumis au vote. Elle y voit un hors sujet.
Enfin, le Maire argue de son règlement intérieur, pensant que les conseillers d’opposition n’ont toujours pas compris qu’un règlement ne peut primer la loi.

En guise de conclusion,  un lapsus savoureux. Répondant à une question sur l’ADEP, le Maire a fourché. « Nous sommes là jusqu’en Mars 2013 ».

Nous sommes heureux que cette échéance ait été intégrée par tous.

Read Full Post »

Les vidéos des derniers conseils municipaux sont toujours inaccessibles.

Etrangement les vidéos des manifestations de la ville, sont, quant à elles, accessibles.

A croire que la défaillance technique est sélective au sein de Puteaux TV.

Read Full Post »