Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘nicolas sarkozy’

Suite à l’article diffamant du FIgaro, j’ai adressé un droit de réponse pour préciser que l’annulation de l’élection tient au fait que ma liste était parfaitement régulière, comme l’a constaté et écrit le Conseil d’Etat. Il suffit de se rapporter au jugement.

Seule la liste du Front National était irrégulière.

En revanche Madame Franchi qui ne se fait élire que sur le nom Ceccaldi, a bien soutenu cette manoeuvre et au Tribunal Administratif et au Conseil d’Etat.

Le journal Libération révélait qu’elle avait occupé un emploi fictif à la Mairie de Neuilly du temps où Nicolas Sarkozy était Maire. Si c’est cela la définition du terme Républicains, elle ne correspond pas à mes valeurs.

Publicités

Read Full Post »

A l’invitation de Nicolas Sarkozy, Charles Ceccaldi-Raynaud se rendra à Courbevoie, le 30 juin prochain, puis à l’Elysée.

Read Full Post »

 

Philippe NS et P DevedjianL’UMP a annoncé ce jour la composition, après arbitrage du Président de la République, des listes aux élections Européennes.

La liste d’ Ile de France, menée par Michel BARNIER et Rachida DATI, compte également Philippe JUVIN, Professeur de Médecine, Vice-Président du Conseil Général des Hauts de Seine, Secrétaire National de l’UMP et Maire de la Garenne-Colombes.

Aux côtés de Jean-Marie Cavada et Marielle Gallo, c’est une liste d’excellence et d’équilibre qu’ a voulu Nicolas SARKOZY.

(Photo : Philippe Juvin, Nicolas Sarkozy et Patrick Devedjian)

CIRCONSCRIPTION « ÎLE-DE-FRANCE »
1 – Michel BARNIER – Investi le 24 janvier 2009. Ministre de l’Agriculture et de la Pêche.

2 – Rachida DATI (Paris) – Investie le 24 janvier 2009. Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, Maire du 7ème arrondissement de Paris et Conseillère de Paris.

3 – Jean-Marie CAVADA (Paris) – Député européen. Candidat du Nouveau Centre.

4 – Marielle GALLO (Paris) – Candidate de la Gauche Moderne.

5 – Philippe JUVIN (Hauts-de-Seine) – Vice-président du Conseil général, Maire de la Garenne-Colombes.

6 – Constance LE GRIP (Seine-et-Marne) – Député suppléant.

7 – Xavier LEMOINE (Seine-Saint-Denis) – Maire de Montfermeil. Soutenu par le Forum des Républicains Sociaux

8 – Véronique COTE-MILLARD (Yvelines) – Maire de Clayes-sous-Bois.

9 – Jean-Didier BERTHAULT (Paris) – Conseiller de Paris, Secrétaire départemental de la Fédération UMP de Paris.

10 – Céline MARTIN – Adjointe au Maire de Vincennes.

11 – Benjamin LANCAR – Président des Jeunes Populaires.

12 – Anne BERNARDIN – Adjointe au Maire de Saint-Gratien.

13 – Gilles NORROY – Ancien Conseiller municipal de Nanterre. Candidat des Progressistes.

14 – Cristela DE OLIVEIRA – Adjointe au Maire de Corbeil-Essonnes.

15 – Gilles LABORDE – Président des Jeunes actifs de l’UMP.

16 – Françoise DUSSUD – Adjointe au Maire de Saint Mandé. Candidate du Nouveau Centre.

17 – Claude PONS – Maire de Montlhéry.

18 – Camille BEDIN – Déléguée nationale des Jeunes Populaires.

19 – Marc d’HERE – Candidat de la Gauche Moderne.

20 – Sonia IMLOUL – Candidate du Nouveau Centre.

21 – Hugues RIBAULT – Conseiller général, Maire d’Andrésy.

22 – Cathy BISSONNIER – Conseillère municipale de Savigny-le-Temple.

23 – François MERLET – Responsable départemental des Jeunes Populaires de Paris.

24 – Marylin FLET – Conseillère nationale des Jeunes Populaires.

25 – Julien MUGERIN – Responsable départemental des Jeunes Populaires de Seine Saint Denis.

26 – Valérie SACHS – Conseillère de Paris. Candidate du Nouveau Centre.

Read Full Post »

L’élu des Hauts-de-Seine, Philippe Juvin, brigue la tête de liste du parti majoritaire dans la région capitale. (article du Figaro, édition du 24 octobre)

Changement de têtes au Parlement européen ? En 2004, l’UMP avait obtenu trois de ses dix-sept élus en Ile-de-France, l’une des huit circonscriptions découpées pour les élections européennes : le président de la Licra, Patrick Gaubert, l’ancienne présidente du Parlement de Strasbourg, Nicole Fontaine, et l’ancien garde des Sceaux Jacques Toubon. Tous trois aimeraient rempiler pour un nouveau mandat. À la direction de l’UMP, pourtant, on confie que «leurs chances sont bien faibles».

Pour ce scrutin, toujours difficile pour les grands partis, Nicolas Sarkozy veut des têtes nouvelles. D’où son désir de confier la tête de liste en Ile-de-France à Rama Yade. La secrétaire d’État aux Droits de l’homme n’affiche pas un enthousiasme excessif. «Mais elle fera ce que le président lui demandera» , tranche un des membres de la direction de l’UMP.

Si Rama Yade se fait prier, un élu des Hauts-de-Seine, Philippe Juvin, est prêt à relever le gant. «Je veux accompagner Nicolas Sarkozy au niveau européen. Telle est la raison de ma candidature», explique au Figaro, le maire de La Garenne-Colombes, 44 ans, vice-président du conseil général des Hauts-de-Seine et secrétaire national de l’UMP en charge des fédérations professionnelles. «Je m’inscris totalement dans la volonté du président de la République de renouveler les têtes politiques», explique Philippe Juvin pour qui «les européennes ne peuvent plus être des alibis pour recaser tel battu aux élections nationales ou tel ancien ministre». Jacques Toubon, dont Brice Hortefeux, chargé des élections à l’UMP, souligne «le travail et la disponibilité», appréciera…

 

«Le président m’a encouragé»

 

«La rupture passe par de nouvelles têtes et surtout des députés européens qui se consacrent entièrement à leur mandat», poursuit Juvin qui, selon ses collègues des Hauts-de-Seine, regrette de ne pas pouvoir obtenir une circonscription législative. Alors, Yade ou Juvin ? «J’ai l’impression que Rama Yade n’a pas l’air très motivée par cette élection. Avec ma candidature, Nicolas Sarkozy aura au moins le choix», renchérit le maire de La Garenne-Colombes, en glissant au passage que «le président de la République m’a encouragé à me lancer» et que Patrick Devedjian, secrétaire général de l’UMP et président du conseil général des Hauts-de-Seine, «ne m’a pas découragé non plus».

Read Full Post »

Rendre effectif le droit à la mobilité en Europe pour les 18/25 ans

 

Nicolas Sarkozy a tout recemment mis l’accent sur un droit à la mobilité pour les jeunes personnes, qu’elles soient étudiantes ou non. L’effectivité de ce droit pourrait passer par l’obtention de prets cautionnés par l’Etat afin de permettre à chaque jeune adulte de bénéficier de ce doit à la mobilité. 

 

Ayant introduit l’idée de ce droit dès 2005, je suis particulièrement heureuse qu’il fasse aujourd’hui l’objet d’une priorité gouvernementale.

 

L’ébullition voulue par Nicolas Sarkozy à la tete de l’UMP, c’était aussi cela : un foisonnement intellectuel, la concrétisation des possibles dans une commune énergie.

 

Dès lors refuser le débat d’idées comme l’ont évoqué certains, c’est s’inscrire en faux par rapport à la ligne conductrice de Nicolas Sarkozy. 

 

L’introduction de ce droit à la mobilité, telle que nous l’avions conçue, concerne la promotion de l’accès à la culture des 24 autres pays membres de l’Union Européenne. Elle a pour vocation la facilitation de la mobilité des jeunes entre 18 et 25 ans  

Elle promouvrait en effet le sentiment d’appartenance à une union européenne, serait une incitation à la découverte, en  passant outre un handicap d’ordre social et culturel.

 

En somme il s’agirait d’introduire sous-jacemment au droit à la formation, un droit effectif à la mobilité. Cette mobilité est en effet encore de nos jours entravée soit par un handicap d’ordre matériel chez les 18/25 ans, soit par l’absence d’intérêt manifesté pour certaines destinations en raison de l’ignorance ou des a priori afférents.

 

 

Populariser les visites de capitales et autres villes qui méritent d’être connues en Europe, ce serait  développer un esprit de tolérance, d’amitié et d’affection entre les différentes composantes de l’Europe.

 

 Donner aux jeunes le goût pour l’ouverture et la découverte, c’est contribuer à leur faculté d’adaptation et ouvrir leur avenir à d’autres possibles.

 

 

 

Read Full Post »