Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘vazia’

Candidate de paille du PS, selon le candidat investi Stéphane Vazia, Sylvie Cancelloni est promue avec ardeur par Christophe Grébert sur la liste duquel elle a été élue. De ce fait elle n’est pas une élue de droite. Elle a été élue sur une liste modem et vert, au détriment de nombreux colistiers qui s’en sont désolidarisés. Elle a été candidate Modem aux cantonales, après diverses intrigues au sein de la section Modem. Elle a soutenu un candidat Modem et proche ami, et non pas un candidat de droite aux Sénatoriales. Bien que Vice-Président de l’UDI, le Député Fromantin ne lui a pas obtenu le soutien de l’UDI.  Il n’a pu emporter l’adhésion autour d’un tel parcours.

Elle critique Charles Ceccaldi en ayant été ancienne colistière non reconduite, et en ayant pris soin de l’appeler récemment, en 2013,  pour lui demander son soutien, naturellement non obtenu.

Donc Madame Cancelloni se serait déjà trompée 3 fois dans ses choix (si l’on suit ses mouvements), et prétendrait, forte de son discernement éprouvé, guider les putéoliens. On croirait la parabole des aveugles!

Adepte de l’ellipse en politique Madame Cancelloni fait quelques oublis volontaires et quelques ajouts opportuns.

Agée de 60 ans, Madame Cancelloni s’imagine subitement incarner l’avenir et s’improviserait tête de liste, pas par conviction, mais par pur calcul.

Un Maire peut se représenter à cet âge, mais mener pour la première fois une liste à cet âge est incongru. Pourquoi mènerait-elle une liste différente de Christophe Grébert si elle ne trouve rien à redire au bilan de ce dernier, elle qui fut condamnée à ses côtés?

Dans l’hypothèse où elle réunirait les colistiers, ce qui à ce jour est loin d’être acquis, elle tenterait de diviser la droite, pour se rallier à la coalition de Grébert.

Ayant changé 3 fois d’étiquette ces dernières années, les électeurs seraient bien avisés de scruter son parcours en détails.

Madame Sanka a eu à subir maintes péripéties d’un autoritarisme qui ne dit pas son nom et tente de se poser en remède au même autoritarisme.

Une question se pose. Pourquoi les équipes dans lesquelles Madame Cancelloni figure implosent?

Madame Keszey a, par divers articles, relaté la triste fin de la liste « Puteaux Ensemble » menée par Grébert en 2008, et a décidé de rejoindre Monsieur Vazia au même titre que Madame Hardy.

La section Modem locale a été placée sous tutelle…

Et le maigre « groupe » de Monsieur Grébert au Conseil compte deux candidats distincts aux municipales.

Sylvie Cancelloni est la mal à droite. C’est là sa seule constance.

Liens en rapport :

https://puteauxpourtous.wordpress.com/2013/05/27/cancelloni-en-mouvement/

http://www.rupture-et-metamorphose.org/archive/2012/05/28/lettre-a-jean-christophe-fromantin-maire-de-neuilly.html

http://www.notreputeaux.com/archive/2012/06/18/lettre-a-florence-hubin-journal-le-parisien1.html

Publicités

Read Full Post »

Après avoir réclamé dans un projet de motion la possibilité pour les élus d’opposition de bénéficier de formation prise en charge par la ville, ce que confère déjà le droit, le PS local réclame que les élus d’opposition puissent enregistrer eux-mêmes le conseil.

Non seulement le droit autorise les élus à enregistrer le conseil, mais cette revendication a déjà fait l’objet d’une tribune en septembre dernier, copiée-collée en partie par un autre élu.

Le PS a donc mis en scène une pétition pour un droit acquis. Va-t-il prévoir une pétition prochainement pour que le jour de noël soit férié?

Le même élu PS  reconnaissait d’ailleurs par écrit avoir toujours le premier programme de Charles Ceccaldi-Raynaud et s’en inspirer régulièrement, regrettant de ne l’avoir pas rédigé lui-même.

La rigueur n’est pas au rendez-vous, pas plus que la faculté d’analyser les enjeux.

Ci-dessous extrait de la tribune diffusée en septembre.

2-De la liberté d’enregistrement des séances du conseil municipal

Le caractère public des séances d’un conseil municipal confère à toute personne y assistant la possibilité d’enregistrer les débats, que cet enregistrement soit réalisé par le biais d’un magnétophone ou d’une caméra.

Le Conseil d’Etat  a eu à se prononcer en faveur de l’annulation d’une décision d’un Maire interdisant l’enregistrement d’une séance par le biais d’un magnétophone.

La réponse apportée par le Ministère de l’Intérieur à la QE 64615 de Marie-Jo Zimmermann, Députée UMP, confirme ce droit à l’enregistrement.

“Le principe de publicité des séances posé par l’article L 2121-18 du même code, qui a conduit le législateur à prévoir la retransmission des séances par les moyens de communication audiovisuelle, fonde le droit des conseillers municipaux, comme des membres de l’assistance à enregistrer les débats. Ce droit, reconnu par la jurisprudence administrative, a conduit les juges à considérer comme illégale l’interdiction par le Maire de procéder à un tel enregistrement dès lors que les modalités de l’enregistrement ne sont pas de nature à troubler le bon ordre des travaux de l’assemblée communale”

Read Full Post »