Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘stephane vazia’

Quel point commun peut-on souligner entre Joëlle Franchi-Ceccaldi, qui a jugé bon de modifier son nom pour se faire élire, et Christophe Grébert, qui s’intronise meilleur opposant de celle-ci, sans néanmoins avoir fait aboutir un seul dossier en 7 ans?

Une faculté de désinformation, et une usurpation constante du travail ou des initiatives des autres et une chute réelle de popularité. Madame Franchi-Ceccaldi a perdu 2000 voix en un an. Ce fait est incontestable.

Monsieur Grébert qui ne pouvait se prévaloir du soutien du PS, les instances départementales n’ayant procédé à aucune investiture, enregistre une régression malgré ses agitations.

L’un comme l’autre espéraient, par leur désinformation putride,  tuer dans l’oeuf une initiative de la jeunesse putéolienne. Mais cette jeunesse n’a cure de leurs suggestions. Elle est persévérante et ne se laisse nullement impressionner par un veau d’or.

1-La désinformation

Prenons la désinformation. Monsieur Grébert n’a cessé de dénigrer mes recours en annulation, en allant jusqu’à écrire que j’aurais fait des fautes dans le dépôt de ma liste en 2014, et en présentant systématiquement ma liste comme étant celle d’une autre personne. Le Tribunal Administratif, comme le Conseil d’Etat ont l’un et l’autre conclu à l’irrégularité de la liste FN. Ma liste était parfaitement régulière, mon colistier n’ayant jamais signé le formulaire du FN, comme une expertise en signatures, l’a confirmé.

Malgré le premier jugement du Tribunal Administratif, Monsieur Grébert a continué dans sa mauvaise foi perverse. Il a fallu attendre les conclusions du rapporteur public du Conseil d’Etat pour qu’il modifie sa version des faits, et laisse entendre qu’il aurait été « du bon côté ». Il convient ici de rappeler que seul Stéphane Vazia, ancien élu PS, a porté son concours à l’aboutissement de ma requête en annulation. Le seul à défendre la tenue d’un scrutin régulier, ce fut lui. Prenons symétriquement le cas de Madame Joelle Franchi-Ceccaldi.

Celle-ci a attendu l’annulation de son élection irrégulière pour condamner les manoeuvres du FN, après avoir soutenu par écrit, au tribunal administratif, comme au Conseil d’Etat que la liste du FN était parfaitement régulière et sans jamais s’étendre sur la négligence de ses services qui ont fourni le même jour à la même heure, la même attestation à deux listes différentes sans émettre la moindre réserve. Les mensonges éhontés et la volonté de dénigrement de Monsieur Grébert et Madame Franchi-Ceccaldi sont symétriquement identiques sur ce point.

Que dire de Madame Franchi-Ceccaldi qui selon le Canard Enchaîné, s’était inventé un grand-père carthaginois pour justifier 5, 5 millions d’Euros non déclarés? Que son imagination est débordante ou que son sentiment d’impunité est unique? Une femme qui ment ainsi à un juge d’instruction peut-elle ne pas mentir aux électeurs?

2/ L’usurpation

Prenons l’annulation du règlement intérieur. Là encore, la présentation de Monsieur Grébert est totalement fantaisiste. A aucun moment il n’a saisi le Tribunal Administratif des irrégularités du Règlement Intérieur. Seuls deux conseillers l’ont fait. Chronologiquement je fus la première, suivie un an après par Stéphane Vazia.

Dans sa présentation des faits, Monsieur Grébert s’arrange pour laisser entendre que cette annulation est de son fait. Le jugement cite pourtant le nom de M.Vazia et non celui de M. Grébert.

Monsieur Grébert fait beaucoup de bruit autour des résultats des autres, pour laisser entendre qu’il en est à la source. C’est la mouche du coche. Madame Franchi-Ceccaldi quant à elle, s’attribue des « idées » ou « mesures » qui n’émanent en aucun cas de sa personne ou de son équipe. Elle s’est même attribuée la profession de notaire, qu’elle n’a jamais exercée.

Prenons l’installation du Conseil des Sages, initiative de la liste Puteaux en Mouvement en 2014, présentée sans vergogne dans son courrier  aux personnes âgées comme sa propre initiative par Madame Franchi-Ceccaldi.

Prenons le Street Art, mesure présentée uniquement dans le programme de la liste Union Républicaine pour Puteaux de Charles Ceccaldi, ou la piétonistation de la rue Jean Jaurès, usurpée à la fois par Monsieur Grébert et Madame Franchi-Ceccaldi et émanant, toujours, de la liste « Union Républicaine pour Puteaux ».

Prenons la mutuelle municipale que je fus la seule à proposer, dès 2014, et à nouveau en 2015. Et la liste serait bien longue. Nous initions, elle usurpe.

3/ Le détournement de suffrages

Par leurs rumeurs, Monsieur Grébert, comme Madame Franchi-Ceccaldi colportent des allégations portant atteinte à l’honneur d’autres candidats.

La liste que j’ai audacieusement conduite était composée à 50% de jeunes de moins de 25 ans, dont les parents sont de nationalité étrangère, qui ne sont aucunement représentés dans la majorité. Le benjamin de la liste a eu 18 ans cette année.

La liste putéoliens incarnait l’innovation sociale. Elle n’a pas pu déployer les moyens de communication suffisants pour diffuser ce programme, et expliquer la cause réelle de l’annulation, travestie par les usurpateurs. Elle n’a pu contrer la désinformation inepte dans les dernières heures de la campagne.

Ce fait, les électeurs le comprennent d’ eux-mêmes, et cela ne présage aucunement de l’avenir.

Nous sommes fiers de ce premier pas dans les circonstances données.

Ceux qui n’ont rien conquis n’ont eu ni échec, ni victoire. Ils ont été placés. Un temps. Les autres ont conquis, pas à pas.

L’éclat éphémère d’un veau d’or

Rien ne nous aura été épargné : menaces, calomnie, vol de tracts, tentatives d’achat de certains colistiers…

Les délits sont nombreux, si nombreux qu’ils ne sont pas tous cités ici.

Que Madame Franchi-Ceccaldi, aujourd’hui 65 ans,  qui dût attendre plus de 55 ans pour assurer la gestion en intérim de la ville de Puteaux après le vote à main levée de 35 personnes, suite aux problèmes de santé de son prédécesseur, sans lequel elle ne serait rien à ce jour,  pas même conseillère municipale, ne comprenne pas la prise de risque de jeunes audacieux peut se concevoir.

Que Madame Franchi-Ceccaldi n’ait à son actif que la désinformation pour maintenir 28% des inscrits à sa solde confirme une réelle fragilité. La réalité, c’est que 70% des inscrits ne votent pas en sa faveur. Moins d’un électeur inscrit sur trois (1/3) soutient sa politique.

Que Monsieur Grébert conforte Madame Franchi-Ceccaldi par son incapacité à faire aboutir les dossiers est un constat factuel. Il n’a pas même été en capacité de faire reloger sa colistière expulsée. C’est une autre liste qui s’en est chargée. Celle-là même qu’il met tant d’ardeur à dénigrer. Lui s’est contenté de la prendre en photo avec ses cartons pour qu’on parle de lui dans le Parisien. Inversement, j’ai permis le relogement de plusieurs familles, que les services de la Mairie laissaient sans solution malgré leur détresse. 

Persévérer dans la recherche de la justice

J’ai obtenu une annulation à laquelle aucun des candidats ne croyait,  pour permettre à une partie de la population, non représentée, d’avoir une liste, et tout simplement montrer que cette majorité n’est pas au dessus du droit.

La République, c’est aussi l’égalité de traitement devant la justice. En ce sens, avoir dénigré cette annulation, c’est avoir non seulement porté atteinte à l’honneur de l’institution judiciaire, mais également au principe fondateur d’égalité.

Les mois prochains confirmeront que notre initiative était outre louable, salutaire pour les putéoliens. Ces procédures ne coûtent pas un centime aux putéoliens. Elles concernent le candidat, et non le Maire, de ce fait la ville ne peut en aucun cas prendre en compte les frais de justice.

La calomnie a éclaboussé des personnalités innocentes comme Dominique Baudis. Mais ceux qui furent à l’origine de ces bruits ont disparu de la scène politique. Il faut laisser le temps au temps.

La délivrance est proche. Les contempteurs sont en sursis. La justice ne fait exception de personne.

Publicités

Read Full Post »

Hier, Stéphane Vazia, élu PS, qui avait déposé une requête en juillet dernier, a pu obtenir un jugement du TA de Cergy, imposant la mise en conformité du règlement intérieur, adopté après les dernières élections. De quoi s’agit-il ? Lors de la précédente mandature, en 2012, élue DVD, j’avais obtenu confirmation du Préfet de l’irrégularité de plusieurs points du règlement intérieur, notamment le principe de proportionnalité de l’espace dédié à l’expression de l’opposition, comme de l’impossibilité de s’opposer à l’enregistrement des séances, ou la non validité de la notion de groupe). J’avais alors déposé une requête au Tribunal Administratif de Cergy, qui pouvait se prononcer ou non, dans la mesure où la requête était adressée passé le délai des deux mois de saisine, mais lesdits délais n’étaient alors mentionnés sur aucune délibération/acte/règlement du Conseil Municipal. Ils ne l’ont été qu’à compter d’octobre 2012, suite à ma remarque adressée au Préfet, ce qui justifiait une saisine a posteriori. C’est pourquoi, même si j’avais parfaitement raison sur le fond, cela n’a pas été jugé en 2013. Il s’agit tout d’abord de l’espace d’expression laissé aux élus d’opposition. Lors de la mandature de Charles Ceccaldi, le parti socialiste avait une demi-page d’expression et le journal municipal comptait une trentaine de pages. Actuellement, le Puteaux Info compte entre 90 et 100 pages, et le même espace est dévolu aux élus d’opposition qui  partagent cette étroite demi-page entre 4 sensibilités différentes. Ces sensibilités politiques ont donc, chacune,  un quart de demi-page! Tout lecteur du journal municipal aura remarqué le caractère illisible des textes de l’opposition. Il y a donc violation du principe de proportionnalité. Le droit d’expression des élus d’opposition doit leur permettre de défendre des idées, de faire valoir des points de vue. La non accessibilité du fait de son caractère rétréci porte atteinte à cette liberté fondamentale. Qu’a donc à craindre, si fébrilement, l’actuelle majorité à accorder un espace légal aux élus de l’opposition,  lisible des électeurs sur un support distribué à tous? Une police de caractère d’imprimerie qui discrimine l’accès au contenu défendu par l’opposition Le règlement intérieur permet actuellement un autre abus dans l’irrespect du droit à l’expression des conseillers d’opposition, en permettant au Maire de diffuser les tribunes des membres de l’opposition dans une police de caractère si illisible que les putéoliens se plaignent d’avoir à prendre une loupe pour en lire le contenu. Le Maire prend appui sur le fait qu’une demi-page suffirait pour la publication de l’ensemble des tribunes des composantes de l’opposition. Or cet espace doit être apprécié en fonction du volume de publication du bulletin général et surtout en fonction du droit à l’expression des conseillers d’opposition qui consiste à pouvoir pour chacun, défendre un point de vue. Si la publication est en caractère illisible, ladite position ne peut être défendue, et il y a abus. En effet, cela révèlerait d’ un abus caractérisé ( TA Nice, 15/12/2008, commune de Menton/c Mme Gerard et Menton démocratie n° 0806670), puisque l’espace qui doit être dédié aux élus d’opposition doit leur permettre de défendre leur position, en étant proportionnel au volume du bulletin d’information général publié d’une part, en ne discriminant pas la visibilité de ladite position en fonction du nombre de voix obtenues lors d’un scrutin d’autre part. Il y a un abus au sens où le droit à l’expression des conseillers d’opposition est compromis par l’utilisation d’une police de caractère inadaptée, créant une discrimination dans la diffusion et la possibilité de lire ledit message. Le second point concerne la liberté de filmer sans restriction le Conseil Municipal. Sur ce point, j’avais obtenu confirmation de la Préfecture, en 2012, que le Maire ne pouvait en aucun cas s’opposer à ces enregistrements. Enfin la notion de groupe non applicable à des villes de notre ampleur, qui était utilisée pour réserver la prise de parole aux groupes…Et non, comme il est conforme au droit, à tout élu n’appartenant pas à la majorité. Il faut saluer cette injonction de mise en conformité, qui permettra une plus grande liberté d’expression et donc le pluralisme en acte, à Puteaux. En revanche, on ne peut que constater qu’en l’espace de deux mois, l’actuelle majorité a été rappelée à l’ordre plus de 3 fois pour manquement au respect du droit ou des usages. Ainsi, de la tarification de l’accès à l’île de Puteaux, de la non concertation préalable de la DRAC pour les travaux jugés nécessaires dans la Vieille Eglise, et donc de ce règlement intérieur adopté en 2014, deux ans après que le précédent Préfet des Hauts de Seine se soit pourtant exprimé sur la question. Qu’en conclure ? L’égalité de considération et la liberté d’expression sont sœurs. Nuire à l’une, c’est nuire à l’autre. Puteaux n’est pas un empire dans un empire, à l’abri de l’application du droit ou des règles. La gestion de Charles Ceccaldi-Raynaud, qui invitait les élus d’opposition, comme il se doit, dans toute manifestation, et leur laissait un espace d’expression proportionnel au volume du bulletin municipal, ou encore son action dans la sauvegarde de la Vieille Eglise et son classement, comme sa consultation préalable des instances de rattachement avant toute réalisation témoignait d’une gestion rigoureuse, et exempte d’amateurisme. En ce sens amalgamer sa gestion et celle de l’actuelle Mairesse n’est pas fondé. Les élus de la majorité ne peuvent plus faire l’autruche. Un sursaut de conscience s’impose. Ci-dessous les liens vers mes articles et interventions entre 2012 et 2013 relatifs aux droits de l’opposition : https://puteauxpourtous.wordpress.com/2012/12/24/lettre-au-prefet-des-hauts-de-seine/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2013/01/15/reponse-du-prefet/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2013/02/10/le-couvercle-au-pot/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2012/09/08/du-respect-des-libertes-a-puteaux/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2012/07/11/pour-une-diffusion-en-direct-du-conseil-municipal-de-puteaux/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2012/07/24/inacessibilite-des-videos-du-conseil-muncipal/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2012/07/13/article-du-parisien-sur-ma-demande-de-diffusion-en-direct-du-conseil-municipal/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2014/07/11/du-droit-de-filmer-les-seances-du-conseil-municipal/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2013/02/01/report-du-conseil-municipal-faute-de-convocation-reguliere/ https://puteauxpourtous.wordpress.com/2012/10/11/conseil-municipal-du-17-octobre-et-fiabilite-des-retranscriptions/ Le lien vers le site socialiste où est consultable le jugement http://www.puteauxunevilledavance.fr/communiques/notre-victoire-devant-le-tribunal-la-mairie-de-puteaux-ne-respectait-pas-les-droits-de-lopposition/

Read Full Post »

« Jeanne et Poézévara ne feront bientôt plus parti de mon équipe. Il est possible que je jette l éponge face à tous ces cons.   J aurais voulu donner un espoir à ceux qui croient en une éthique politique…mais ce ne sera pas facile »

Stéphane Vazia, candidat PS,  parle en ces termes de ses colistiers, conscient de leurs limites et bien conscient qu’ils ne s’approchent ni de près ni de loin de l’éthique qu’ils revendiquent.

Il ajoute, concernant Madame Jeanne « Mon sentiment sur Nadine, je le sais depuis longtemps, finira chez grebert…Grebert le sait aussi …le « je compte sur toi  » est très révélateur « 

Read Full Post »

Etrangement, Madame Jeanne, bien connue pour sa partialité et la stigmatisation de ceux qui ne partagent pas sa vérité, est muette sur les conséquences de la gestion municipale de Clichy.

Madame Jeanne avait, dans un souci d’ouverture intéressée, consacré un article au retrait  des délégations de Madame Chavrier, alors Première Adjointe.  Une situation identique s’est produite dans deux villes administrées par le PS, Clichy et Asnières, et Madame Jeanne ne trouve pas opportun d’en parler.

Ce n’est pas l’impartialité qu’elle recherche.

Aurait-elle condamné publiquement la censure dont Madame Hardy a été victime du fait de Monsieur Grébert ? Nullement. Les accords sous-jacents priment sur l’impartialité. Les compromis sur l’engagement.

Alors que Monsieur Vazia, candidat PS, reconnaît volontiers que Monsieur Grébert reproduirait tout ce qu’il dénonce  et en ce sens ne représenterait aucune alternative pour Puteaux, Madame Jeanne semble une adepte de la géométrie variable (Voir article de juin 2012)

Putéoliens, ce ne sont pas les personnes et étiquettes, mais les attitudes qui doivent être réprouvées.  On ne peut dénoncer une situation qui se produit dans une Mairie gérée par un parti adverse et être muet quand la même situation advient dans une ville de son bord.

Chasser l’autoritarisme pour souffrir d’un nouvel autoritarisme n’est pas une opération à somme nulle. Mais une désespérance accrue par un gain nul.

Des libertés individuelles à Puteaux

A géométrie variable.

Alors que la question de la neutralité et de la préservation des libertés individuelles est centrale à Puteaux, Madame Jeanne crie Haro sur Charles Ceccaldi-Raynaud. Ses références à elle, au premier rang desquelles, son secrétaire départemental Pascal Buchet, qui se pourvoit en cassation après avoir vu sa peine alourdie en appel pour harcèlement moral, dans le cadre du suicide d’une ancienne collaboratrice, sont sans doute plus estimables.

Le débat de 2014 s’articule autour des notions de stigmatisation et d’ostracisme. Madame Jeanne enseigne le français mais ne maîtrise pas la rigueur philosophique. Elle ne discerne pas les concepts, à la notable différence de Jaurès, auteur sur lequel elle revendiquait un monopole clanique.

M’aurait-elle aussi dénié la validité de ma date de naissance si elle avait su que c’était la même que Karl Marx, comme elle a pu me dénier la faculté de citer Jaurès?

Ceux qui prétendent vouloir mettre à bas un clan, sont bien en peine de garantir la neutralité future de leurs actions. Ils stigmatisent les individus par leur appartenance à tel ou tel groupe. Ils souhaitent simplement substituer un clan à un autre. Ils n’ont que faire de la préservation des libertés individuelles.  C’est le pouvoir qu’ils convoitent.

Leur programme,  c’est : ” Le clan est mort, vive le clan!”

En République, on ne stigmatise pas un individu par rapport à son appartenance, son ascendance, sa descendance. On respecte sa liberté.  On garantit ses droits.

Le débat n’est donc pas le binarisme simpliste qui oppose “pro-ceccaldi” et “anti-ceccaldi” (qui revient à substituer un clan à un autre)  mais entre libéraux et communautariens.

Entre défenseurs des libertés individuelles et  contempteurs de circonstance.

Marie-Sophie Mozziconacci

Read Full Post »

« Cancelloni? j exècre les culs bénis de son espèce, prêt à tout pour faire illusion. Elle a un  atout : Mettre la discorde à droite »

Stéphane Vazia, candidat PS  à la Mairie de Puteaux

Read Full Post »

« Je lis et relis souvent le programme de Charles Ceccaldi-Raynaud,  je possède le doc publié par Charles Ceccaldi et je regrette que la gauche ne l ai pas rédige..Utopiste, mais visionnaire. »

Stéphane VAZIA Candidat du Parti Socialiste à Puteaux

Read Full Post »

Christophe  Grébert tente de nous faire croire que les militants UMP auraient favorisé la gauche pour imposer un revers local à une candidate Modem.

Les électeurs indécis ont sans doute préféré voter directement à gauche que pour un parti « Modem », qui a soutenu Hollande à la Présidentielle. Au moins l’adhésion est directe et pas détournée. Le même constat s’impose dans la circonscription de Monsieur Bayrou où la candidate socialiste l’a emporté.

Le résultat du PS sur Puteaux est lié à la proximité  et à la constance de Stéphane Vazia _ n’en déplaise à Monsieur Grébert_ et à la réticence de l’électorat pour une cohabitation.

La division à droite portait sur des questions relatives au cumul des mandats que défend Fromantin, à la politique du logement…

Vous ne masquerez pas les sujets de fond et la réussite du PS qui a su s’ y attacher, par une argumentation manipulée.

Ainsi que le soulignait Nietzsche « Ce qu’ils ne peuvent pas faire, ils le tiennent pour impossible aux autres »

Marie-Sophie Mozziconacci

Read Full Post »

Avec plus de 43% des voix, le PS réalise un score historique sur la ville de Puteaux.

Les divisions à droite, la volonté de donner une majorité à un gouvernement ont pesé.

Incontestablement la constance et la proximité de Stéphane Vazia lui ont apporté des suffrages plus larges que ceux des sympathisants PS. Le thème du logement a pesé. L’unité derrière une appartenance politique claire aussi.

La situation de la droite est plus complexe.  Aucun candidat n’ayant été officiellement investi, les électeurs ont eu à être confrontés à des querelles de logos, de soutiens revendiqués mais non palpables.  Le total des voix des candidats DVD est proche de 56%. Ce n’est donc pas la défaite de la droite, mais celle de l’absence de cohérence et de la cohésion.

Les voies de recours seront  saisies à différents titres et plusieurs plaintes ont été déposées.

A l’UMP de se positionner clairement, dans cette droite « en restructuration » pour clarifier un soutien à des enjeux nationaux. Le PS ayant une majorité absolue à l’Assemblée Nationale, il ne fait aucun doute que la question du cumul des mandats qui m’a faite réprouver la candidature de Fromantin (au même titre que sa position grotesque sur le logement social) se pose. Un Député ne pourra plus être Maire.  Il n’a, à ce jour, jamais répondu à son choix en une telle configuration.

Au plan local, le 17 juin 2012 marque une nouvelle page de notre histoire, à savoir, non plus celle de l’opposition entre droite et gauche mais entre libéraux et communautariens.

Bravo donc à Stéphane Vazia pour sa capacité à rassembler dans la confiance et la constance.

Attendons les résultats des recours. Et bâtissons dans la cohérence et sereinement l’avenir de Puteaux.

Marie-Sophie Mozziconacci

Read Full Post »

Les résultats de ce premier tour donnent le candidat Bernard Lepidi, DVD dont le rattachement à l’UMP, en cas d’élection, a clairement été positionné, loin devant Jean-Christophe Fromantin, qui malgré les relations presse en sa faveur et sa forte visibilité doit se contenter de 18% des suffrages, arrivant en 3e position à Puteaux et à Courbevoie.

On note le score du Parti Socialiste relativement élevé, 32% qui traduit sans doute le dynamisme de Stéphane Vazia.

Ces résultats confortent les deux grandes formations politiques que sont le PS et l’UMP au plan national, et signent la fin annoncée de l’ambivalence centriste et du Ni-Ni au plan national.

Ainsi que décelé dès le début de la campagne, le positionnement de Jean-Christophe Fromantin manque de clarté. Un élu local peut être indépendant de tout parti. Il en va différemment pour les législatives dont les enjeux ne sont pas les mêmes.

http://www.mairie-puteaux.fr/index.php?id=122&actu_id=2648

Read Full Post »

De cloches il fut question hier au soir, en séance municipale. Non que d’invective en quolibet, le terme ait été érigé en qualificatif de l’un ou de l’autre.

La question 7 de l’ordre du jour, portant sur l’autorisation du Maire de déposer une demande de déclaration préalable à la construction d’un campanile pour la « Vieille Eglise » Notre Dame de la Pitié, a permis une harmonisation de carillons distincts.

Nadine Jeanne, issue d’une famille ancrée depuis plusieurs générations dans notre ville, a rappelé le clocher qui originellement accompagnait l’ église. Elle a souligné qu’un projet de reconstruction très ancien n’avait vu le jour. Elle a remémoré le rôle de Charles Ceccaldi-Raynaud dans la réhabilitation d’une église alors en ruine, et s’est exprimée en faveur du respect de l’architecture historique pour la réédification d’un clocher.

Sylvie Cancelloni s’est pour sa part insurgée que le prêtre ou les paroissiens n’aient été consultés d’un tel projet, ce à quoi le Maire a tenu à préciser que l’église était propriété de la ville d’une part, que le clocher d’autre part, n’était pas dans l’église ou accollé à l’église, mais prévu à côté de l’eglise. Monsieur Lelièvre a donc condensé en une formule ce projet architectural le qualifiant de  « Clocher laïc ».

Le Maire a assuré que le clocher ne sonnerait qu’une fois par jour, le coup de midi.

La question 22 relative à l’octroi d’une protection personnelle a, quant à elle, suscité cacophonie, sons de cloches différents et disharmonieux.

La question portait sur la prise en charge, par la ville de frais de justice du Maire, relatifs à une plainte en diffamation suite à un article du Figaro.

Il s’agit donc de savoir si l’article 21-23-35 du CGC s’applique pour cette prise en charge.  Certes, lors de la survenance de faits rapportés et attaqués en diffamation, l’actuel Maire était membre du SICUDEF et n’aurait pu agir  en qualité de Maire. Néanmoins la protection demandée portant sur une potentielle diffamation, c’est à l’aune de ce droit, qu’il convient d’apprécier sa pertinence.

Il convient donc de distinguer qui a été visé par les propos attaqués en diffamation dans cet article du Figaro.

Ces propos visaient-ils le Maire ou la personne qui n’avait pas ce titre à cette époque?

La politique spectacle n’ entrant pas dans mon registre, je crois plus constructif que chacun pèse ses termes avec rigueur. Je suis favorable à une retranscription écrite intégrale des débats, qui permettrait par mot clé de retrouver les déclarations exactes des uns ou des autres, et à chaque conseiller d’y insérer un lien url vers son explication de vote circonstanciée.

La retransmission vidéo du conseil, qui n’est pas faite dans les conditions du direct, et dont la qualité du son laisse à désirer, présente deux écueils.

-Le premier c’est que les débats finissent par tourner au Show. Chacun y va de son story-telling pour familiariser le spectateur avec l’image du rôle qu’il souhaite incarner.

-Le second c’est que les putéoliens n’ont pas une information claire, consultable à la demande sur des points précis. Ils sont contraints de visionner l’intégralité d’une vidéo pour y retrouver des propos, quand ceux-ci sont audibles. Leur attention est donc diluée.

Il ne semble ni probable, ni souhaitable pour le pluralisme que Puteaux résonne d »un même son de cloche.  A rebours, il est essentiel que midi retentisse pour chacun.

Marie-Sophie Mozziconacci

msm.akropolis@gmail.com

Read Full Post »